Mort de Kouffa au Mali: une opportunité pour la paix dans le Centre

Au Mali, l’annonce ce week-end de la mort du prédicateur radical Hamadoun Kouffa a provoqué de nombreuses réactions. Son groupe jihadiste, la katiba Macina, semait la terreur dans le centre du pays depuis près de 4 ans. Il s’est implanté durablement à la faveur de conflits locaux et inter-communautaires, entre agriculteurs dogons et éleveurs peuls. Dans le centre du Mali, ceux qui militent pour un retour de la paix voient dans la mort de Hamadoun Kouffa une opportunité pour enfin rétablir le dialogue et l’ordre dans la région.

« La mort de Hamadoun Kouffa aura forcément des retombées positives », s’enthousiasme le gouverneur de Mopti, Sidi Alassane Touré. « Au final, le seul problème qu’il y a avait entre les Peuls et les Dogons, c’était le terrorisme », continue-t-il.

Depuis plus de deux ans, les violences au centre du Mali ont tué près de 1 200 personnes selon un rapport de la Fédération internationale des droits de l’homme. Tout commence par des conflits inter-communautaires pour des ressources naturelles. Rien de plus banal, mais quand les jihadistes s’en mêlent et s’auto-proclament défenseurs des intérêts peuls, la situation prend une tout autre tournure.

« La mort de Hamadoun Kouffa change la donne, explique Aurélien Tobi, chercheur à l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm. Il a fédéré des conflits de la région en leur donnant le label du jihad, mais en réalité il s’agit de contentieux très locaux, distincts les uns des autres, et qui peuvent trouver une solution dans les instances coutumières. »

Mais encore faut-il qu’elles fonctionnent. Depuis des années « notables, grandes familles et chefs traditionnels fuient l’insécurité », se désole Hamadoun Dicko, président de la jeunesse Tabital Pulaaku. « Le tissu social est très fragilisé et il faudra du temps pour le reconstruire », conclut-il.

Source: rfi

Laisser un commentaire