Mohamed Ali Bathily déclare sa candidature à l’élection présidentielle : « L’Etat du Mali est à terre… humilié, détourné, maltraité, braqué, l’Etat malien n’assume plus ses fonctions régaliennes »

Mohamed Ali Bathily

Ça ne fait plus l’ombre d’aucun doute. L’ancien Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux et de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Affaires et Foncières, Mohamed Ali Bathily, a dévoilé, le dimanche dernier, son intention de briguer la magistrature suprême du pays le 29 juillet prochain.

Répondant favorablement à l’appel du Mouvement «l’Appel à Mohamed Ali Bathily ou Faso Y I Wélé» des APM (Association pour le Mali), Mohamed Ali Bathily, a déclaré sa candidature  le dimanche  29  avril 2018, dans le village de FanaFiyé Koro (Commune rurale de Cambina), à 15 Km du cercle de Kati, ou trente 30 Km de Bamako, en ces termes«Si je viens devant vous aujourd’hui, c’est pour répondre à votre  appel de briguer la magistrature suprême de notre pays. Il y a quelques jours, je vous annonçais que je suis prêt à présider aux destinées de la République Malienne.  Oui, je veux reconstruire notre destin avec vous tous. Oui, je déclare ma candidature à l’élection présidentielle de 2018 au Mali, Oui moi Mohamed Ali Bathily, je suis candidat à l’élection présidentielle de 2018 au Mali».

Les notabilités traditionnelles, religieuses, populations de plus de 100 villages du cercle de Kati, selon les organisateurs, ont tenu à être des témoins oculaires  de  cette  candidature. «Les déclarations de candidature se font généralement à Bamako, lors un meeting ou autre. Rarement donc  dans un village. Moi, j’ai  décidé d’enfreindre à cette règle, venir auprès du bas peuple, faire ma déclaration de candidature. Ma déclaration de FanaFiyé Koro pour briguer la présidence est pour symboliser tous les  villages  de Kayes, à Koulikoro, Ségou, Sikasso, Mopti, Gao, Tombouctou, Ménaka, Kidal, Taoudéni», a précisé  Mohamed Ali Bathily.

A FanaFiyé Koro aujourd’hui, dit Bathily, je m’adresse aux fils du Mali qui souffrent, qui sont victimes depuis quelques temps de beaucoup de malheurs, des calamités qui se nomment mauvaise gouvernance, insécurité, instabilité, violence, coup d’Etat, corruption, impunité…Selon lui, le seul remède  à la maladie du Mali est dans une autre compréhension de l’Etat, un autre  comportement face aux biens publics, un travail créateur de tous les fils du pays. J’ai la volonté, dit-il, de réconcilier et de rassembler tout le peuple du Mali face à nos défis, de dépasser  les clivages et les différences.

Je veux réconcilier la maliens, insiste Mohamed Ali Bathily. «Mais on ne réconcilie pas sans diagnostic exhaustif de toutes les crises. Raison pour laquelle, j’invite toutes les couches à tourner dignement et avec esprit de responsabilité la page des douloureux épisodes de notre histoire», dit-il. Je me  présente pour être président, appuie Mohamed Ali Bathily, car je veux créer un ordre nouveau basé essentiellement sur le travail, la discipline, la justice, l’ordre et le respect des principes de notre société; car je veux créer les conditions pour que chaque malien puisse jouir en toute tranquillité du fruit de son travail ; pour rebâtir et offrir la Paix au peuple du Mali.

L’Etat du Mali est à terre. Humilié, détourné, maltraité, braqué, l’Etat malien n’assume plus ses fonctions régaliennes. C’est pourquoi quand je serai président, notre premier devoir sera de remettre l’Etat  en place et de rétablir l’ordre et l’autorité sur toute l’étendue du Mali en restituant au peuple malien les attributs de sa souveraineté conformément à sa devise: «un peuple, un But, une Foi». Nous ne pouvons plus, souligne M. A. Bathily, rester longtemps indifférents et passifs devant le spectacle angoissant de l’insécurité et du marasme économique généralisé. «La  corruption, l’impunité et la violence ont brisé notre aspiration à la paix et au développement économique et social. Le cauchemar doit prendre fin, et devant une situation quasi-catastrophique, j’ai besoin de vous tous pour créer un climat de confiance, pour favoriser la relance économique conformément à l’intérêt général».

Le sens de mon engagement, de ma volonté, d’être le premier serviteur du Mali,  à donner une  autre image au Mali, explique  Bathily, car le Mali m’a tout donné. «Je veux assurer à chaque citoyen une vie meilleure et tranquille à travers l’édification dans la paix d’une société où tous les hommes sont égaux en droits et en devoirs. Parce qu’on ne peut rester indifférent à la souffrance et aux tracasseries actuelles des populations, de celles et de ceux qui ne voient aucun avenir à porter de main, qui se sentent exclus, spoliés de leurs terres et abandonnés à leur triste sort dans les villes, les campagnes ou dans des camps de déplacés ou de réfugiés», a martelé M.A Bathily. Il  est important aussi, ajoute-t-il, de souligner que tout doit être mis en œuvre au regard des projets de développement socioéconomiques favorisant l’accès à la prospérité souhaitée pour garantir la paix et la sécurité dans le pays.

A. Bathily, conclu-t-il, élu demain président du Mali, je défendrais les projets de société ci-dessous cités: Assurer la protection (sécurité) des personnes et leur bien ; mobiliser et réorganiser de façon stratégique les ressources financières du pays; établir un état respectueux des principes de la démocratie et de la justice sociale ; dynamiser les secteurs créateurs de richesse et accroitre le potentiel de nos ressources humains.

Hadama B. Fofana

SourceLerepublicainmali

Laisser un commentaire