Mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation : Les observations de la coalition citoyenne

À l’occasion de la présentation de son 4è rapport alternatif citoyen sur la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, la semaine dernière, la Coalition citoyenne de la société civile pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale (CCSC/PURN), dirigée par l’ancien Premier ministre Ahmed Mohamed Ag Hamani, a fait des analyses et recommandations.

La CCSC/PURN, tout en réitérant son soutien à la création du ministère de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, a rappelé la nécessité de revoir la composition du Comité de suivi de l’Accord (CSA) et les attributions de ses membres en tenant compte de la qualité des représentants des parties. Convaincue que la mise en œuvre intelligente de l’Accord peut être source de paix et de réconciliation, la Coalition a estimé fondamental le retour et la réinsertion des populations réfugiées et déplacées.

De même, selon le président de la CCSC/PURN, l’accélération de la décentralisation permettra aux communautés concernées de se prendre elles-mêmes en charge sans porter préjudices aux pouvoirs et prérogatives des institutions de la République. Elle a exhorté le gouvernement à accélérer la mise en œuvre des résolutions et des recommandations du Dialogue national inclusif (DNI).

La Coalition citoyenne a aussi invité le gouvernement à plus de rigueur dans la lutte contre la corruption, la mauvaise gouvernance et l’impunité. La CCSC/PURN est aussi attentive à l’évolution de la situation sociopolitique du pays. À ce propos, elle a indiqué qu’il était nécessaire et vital que le gouvernement mette en place un cadre permanent de dialogue social avec les syndicats, les partis politiques et la société civile pour créer les conditions d’un climat de paix dans le pays.

Aussi, a-t-elle recommandé plus d’actions en faveur de l’autonomisation des femmes, des jeunes, des personnes en situation de handicap et toutes les personnes vulnérables.

Oumar DIAKITÉ

Laisser un commentaire