Mesure de riposte contre Covid-19 : Le Maroc met la Polyclinique Mohammed VI à la disposition du Mali

Sa Majesté, le Roi Mohammed VI a répondu favorablement à la demande du président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Kéita, de mettre la Polyclinique de Sébéninkoro – Clinique périnatale Mohammed VI- à la disposition du Gouvernement de la République du Mali, dans le cadre de la lutte contre le COVID-19. Ce n’est pas la vocation première de cette clinique qui, comme son nom l’indique est « périnatale ». La Clinique Périnatale Mohammed VI de Bamako est une infrastructure moderne et intégrée d’une grande capacité. Elle n’a pas d’égal dans la sous région, et même en Afrique, selon les spécialistes. Son coût est de 10 milliards de FCFA, et est de type catégorie 3, que les initiés connaissent. Avec cette pandémie qui relève de cas de force majeur, plusieurs scenarii s’offre au gouvernement malien : y ramener les cas périnataux (grossesses à risque, accouchements compliqués et complications chez les mères et leurs nourrissons) qui sont dans les hôpitaux, afin de faire de la place pour la prise en charge du Covid-19 ; consacrer la polyclinique, totalement à la prise en charge du Covid 19 ; ou alors utiliser la clinique qui est assez vaste, partiellement pour le Covid, et par ailleurs pour les cas périnataux.

Selon des sources proches du Roi, l’ouverture de ce joyau dépendra de la partie malienne, qui va nommer ces jours-ci des responsables pour la structure. Ainsi, « la clinique reviendra de droit au Mali, dès la signature de l’acte de donation dans les touts prochains jours », indique-t-on. La clinique périnatale Mohammed VI de Bamako a pour mission de contribuer aux efforts du Gouvernement du Mali pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatales, la prise en charge précoce et efficace des grossesses à risque, des accouchements compliqués et des complications chez les mères et leurs nourrissons.

La clinique périnatale Mohammed VI, a une grande capacité en lits pour des soins intensifs obstétricaux, dispose de couveuses de soins intensifs néonatals et de lits d’hôpital de jour, des Salles de consultation, d’accouchement et d’opération pour les césariennes. Avec son plateau technique et d’explorations, ses équipements : scanner 16 coupes, salle de radiologie conventionnelle, échographes de gynécologie obstétrique, échocardiographe et échographe doppler 4D et appareil de radiologie mobile. Bref, une infrastructure moderne et intégrée d’une grande capacité, qui selon les spécialistes n’a pas d’égal dans la sous région, et même en Afrique.

La Clinique Périnatale Mohammed VI de Bamako, qui a coûté 10 milliards de FCFA, est de type catégorie 3, que les initiés connaissent. Sa vocation est donc la prise en charge des cas périnataux (grossesses à risque, accouchements compliqués et complications chez les mères et leurs nourrissons). Cependant, à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, dit-on, situation épidémiologique oblige, dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, le président de la République a demandé à Sa Majesté, le Roi Mohammed VI de mettre la Polyclinique de Sébéninkoro à la disposition du Gouvernement de la République du Mali.

La décision du Souverain marocain a été annoncée le samedi dernier par le ministre des Affaires étrangères du Maroc, Nasser Bourita, lors d’un entretien téléphonique avec son homologue malien, Tiebilé Dramé. Les modalités et la date d’ouverture de la Polyclinique seront arrêtées de commun accord.

Ce geste du Roi Mohammed VI a été hautement apprécié par les autorités et le peuple maliens confrontés à l’évolution alarmante de la pandémie du Covid-19 dans notre pays, en Afrique et dans le monde. Du 1er cas détecté le 24 mars, le nombre de cas positifs enregistré au Mali par les services de santé, à ce mercredi 15 avril, est de 148 cas positifs, 13 décès pour un total de 34 patients guéris du COVID- 19.

Le Maroc et le Mali entretiennent d’excellentes relations de fraternité et d’amitié, qui remontent aux temps immémoriaux. Ce qui a fait dire au ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiebilé Dramé, lors d’une visite au Marocque le Maroc fait partie de l’histoire du Mali et fera partie de son avenir. Il s’agit de deux vieilles nations qui entretiennent des « relations multiséculaires », avait-il rappelé. A ce moment où la pandémie explose au Mali, le joyau offert par le Maroc ne tardera pas à recevoir ses premiers patients, pour soulager les populations. On peut contribuer à la lutte contre la pandémie en adoptant les mesures barrières et en restant chez soi quand le déplacement n’est pas nécessaire.

Daou

 

 

SourceLerepublicainmali

Laisser un commentaire