Menace acridienne : Le silence troublant de ministre de l’Agriculture

Alerté sur l’invasion par des criquets pèlerins, le département de l’Agriculture fait la sourde oreille. Pourquoi le ministre Kassoum Denon tente de cacher une vérité au président de la République et au peuple malien ?

Depuis quelques mois, les paysans de nombreuses localités du Mali crient à l’invasion acridienne. Cependant, malgré leurs cris de détresse, le ministère de l’Agriculture fait la sourde oreille. C’est le flou artistique qui est entretenu à ce niveau.

Mais, on voudrait saboter la campagne agricole 2016-2017, dont le succès tient à cœur le président de la République, que l’on ne s’y prendrait pas autrement. Quel est donc l’agenda caché du ministre de l’Agriculture ? Mystère !

En tout cas, le chef du département de l’Agriculture, Kassoum Denon, censé apporter une réponse à cette préoccupation majeure, entretient un silence troublant qui en dit long sur sa volonté de minimiser une menace réelle.

La seule fois que M. Denon était intervenu sur le sujet, c’était pour répondre à des articles d’alerte dans la presse. Mais, le ministre était apparu mal imprégné. Il se focalisait sur des données vieilles de plus de trois mois.

Autre élément qui prouve le désintérêt du chef de département de l’Agriculture sur cette question, c’est son refus obstiné d’autoriser ses services techniques à en parler avec les médias.

Pourtant, dans le monde rural, l’invasion par des criquets pèlerins constitue une préoccupation majeure de nos jours. A tel point que, dans l’anonymat, certains techniciens du secteur désapprouvent l’attitude du ministre. Les plus audacieux passent par les réseaux sociaux pour alerter. Selon des sources, une organisation internationale a même fait cas de la menace au Mali et au Niger. Il s’avère d’ailleurs que dans le dispositif de veille, notre pays peine à se faire sérieux.

Pourtant, la menace acridienne est telle que dans les localités comme Diéma, Gao et le pays Dogon, les paysans ne cessent de se plaindre de l’arrivée massive des déprédateurs nuisibles aux cultures. Signe irréfutable que la menace plane.

Alhousseini A Toure

Source: Lettre du Mali

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.