Manifestations à Bamako : Des tranchées de Badalabougou

organisée par la Cmas. Sur la place de l’indépendance là où tout a commencé, les rues sont couvertes d’ordures, de résidus de pneus brûlés, des feux tricolores cassés, des barricades et des objets de tout genre.

Après que la désobéissance civile ait été déclarée par les responsables de la Cmas lors du meeting du 10 juillet dernier, les manifestants se sont dirigés vers les bâtiments publics. Un groupe s’est dirigé vers l’ORTM et pris d’assaut le lieu pendant un bout de temps. Un autre groupe s’est donné une joie de piller et de brûler l’Assemblée nationale donnant ainsi une image lamentable du siège de cette institution. Certains avaient pris pour cible la primature, mais sans succès, ils ont été contraints de se replier face à la résistance des forces de l’ordre.

En Commune II, le siège de la permanence de l’honorable Karim Keita, fils du Président de la République a été saccagée et une station Oryx située à la rue princesse a eu également sa part de fureur. En effet, la Station Oryx est depuis fort longtemps soupçonnée d’appartenir au fils du Président de la République d’où cette exaspération vis-à-vis de cette station.

Le parti au pouvoir (RPM) n’a pas été épargné par les manifestants. Son siège national sis à l’Hippodrome a été mis à sac. Tout a été emportés : ordinateurs, chaises, tables, entre autres. Par ailleurs la rue menant à la résidence du Président de la République à Sébénikoro a été sous haute surveillance, aucun accrochage n’a été constaté. Toutefois, à Hamdallaye et à Djikoroni Para, des pneus ont été brûlés par quelques jeunes.

 Ibrahima Ndiaye

xxxx

 MANIFESTATIONS

Les barricades à l’Hippodrome

 La nuit du vendredi 10 juillet au samedi 11, deux stations Oryx, les sièges du RPM, le siège du Club de Soutien à Karim Keita ont tous été pillés et saccagés à l’Hippodrome.

 A l’Hippodrome, c’est aux environs de 19h, selon des témoins, que 3 jeunes sur 3 motos ont brisé les vitres de la station Oryx sur la Rue Princesse pour tout emporter. Après avoir pillé et vidé les magasins de tous les objets, matériels et marchandises, ils ont détruit le reste qu’ils ne pouvaient transporter.

Après cette station sur la rue princesse, une autre station Oryx non loin, à Missira, sur la rue USRDA aussi a été pillée. Là-bas aussi, ils ont tout emporté et détruit ce qui restait. Sur les réseaux sociaux, on pouvait voir plusieurs autres stations Oryx saccagées et pillées.

En plus des stations, le siège du RPM à l’Hippodrome et celui du Club de soutien à Karim Keita, n’ont pas été épargnés. Ils ont tous été saccagés et vandalisés. Aucun matériel ou outil de travail n’a été épargné. Au siège du Club de soutien des centaines de sacs de riz auraient été volés.

Les stations ne sont plus opérationnelles. Elles ont été fermées. Le siège du Club de soutien a été bétonné aux différentes entrées. Quant au siège du RPM, désormais, un lourd dispositif policier veuille à la sécurité de l’infrastructure.

Koureichy Cissé

Source: Mali Tribune

Laisser un commentaire