Mamadou Bandiougou Diawara, Procureur sortant du Pôle économique de Bamako : ‘’ Il n’y a pas un grand opérateur économique malien qui ne vole pas les impôts !

mamadou bandiougou diawara Procureur republique pole economique

Cette fracassante révélation a été faite le 26 juin dernier au Mémorial Modibo Kéïta de Bamako par Mamadou Bandiougou Diawara, Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako en charge du Pôle économique et financier.




Mamadou Bandiougou Diawara, le désormais ancien Procureur  du Pôle économique de Bamako était l’Invité d’une séance de formation des hommes de médias sur les rôles et responsabilités du Pôle économique et financier dans la lutte contre la corruption et la délinquance financière. L’exercice s’inscrit dans le cadre de l’exécution du Projet «Amélioration de la gouvernance et de la lutte contre la corruption»du Réseau Plaidoyer et Lobbying (RPL).

En prenant la parole,leProcureur Diawara a expliqué les missions du Pôle économique et financier. « Il n’y a pas un grand opérateur économique qui ne vole pas les impôts », a-t-il révélé. Cela, au moyen de faux bilans et de faux chiffres d’affaires pour échapper aux services du Fisc ! En matière de fraude fiscale, a expliqué le magistrat du parquet, l’opportunité de la poursuite appartient au ministre des Finances. Lequel privilégie la négociation, a-t-il tenu à préciser.

« Le trafic d’influence tue plus que l’argent !»

Mamadou Bandiougou Diawara est d’avis qu’il faut maitriser la corruption de l’élite pour gagner la lutte contre ce fléau. Le désormais substitut général au parquet général de la Cour d’appel de Bamako a évoqué les multiples pressions subies par les magistrats en charge de la répression des actes de corruption et de délinquance financière. « Le trafic d’influence tue plus que l’argent », a-t-il laissé entendre.

Il a mis un accent particulier sur la capacité d’adaptation des délinquants qui sont très en avance sur la législation. Mamadou Bandiougou Diawara a invité les acteurs de lutte contre la corruption à plus de professionnalisme. La corruption, a-t-il fait savoir, n’est pas une fatalité.

Le coordinateur du RPL, Hamidou Traoré, a remercié le Réseau malien des journalistes d’Investigation (RMJI) pour sa participation à la réussite de ce projet. Il a loué aussi la disponibilité et l’engagement de Mamadou Bandiougou Diawara, « un procureur dynamique et dévoué pour la cause de la lutte contre la corruption ».

Ce cadre organisé par le RPL avec l’appui de son partenaire Diakonia a permis de renforcer la compréhension des hommes de médias sur les missions du Pôle économique et financier.



Ckaka Doumbia

Source: Le Challenger

Laisser un commentaire