Mali: nombreuses exécutions extrajudiciaires par les armées malienne et nigérienne

Les forces de sécurité maliennes ont commis 101 exécutions extrajudiciaires entre le 1er janvier et le 31 mars, a affirmé jeudi la Mission de l’ONU au Mali, la Minusma, qui accuse également l’armée nigérienne d’une trentaine d’exécutions extrajudiciaires sur le territoire malien pendant la même période.

La division des droits de l’homme de la Minusma, dans une note trimestrielle, relève une “multiplication des exécutions extrajudiciaires (101 victimes)” qui sont “imputables” à l’armée malienne.”Trente-deux cas de disparitions forcées”, “32 cas de torture ou traitement cruel inhumain ou dégradant”, ainsi que “115 arrestations arbitraires”, tous “imputables” aux forces de sécurité maliennes, ont également été recensés par l’ONU.
“Ces chiffres ont été documentés. Les noms, les circonstances ont été documentés”, a déclaré à la presse Guillaume Ngefa, directeur de la division des droits de l’homme de la Minusma. Ces cas “font l’objet d’enquêtes par les autorités maliennes”, a-t-il ajouté.La Minusma note que “la majorité” de ces violations des droits de l’homme ont été commises par l’armée dans le centre du pays, épicentre des violences dans le conflit malien.
Cette région, depuis l’apparition en 2015 d’un groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda, connait une multiplication des violences jihadistes, de milices, intercommunautaires ou liés au brigandage, souvent entremêlées.Le porte-parole du ministère malien de la Défense n’était pas joignable dans l’immédiat pour commenter ces déclarations.
Dans les mêmes régions du centre, l’ONU relève une “multiplication des attaques armées entre les membres des communautés peule et dogon”, en indiquant que 35 attaques ont été documentées en trois mois, qui ont fait 180 morts.Sur la même période, l’ONU a également documenté 34 exécutions extrajudiciaires commises par l’armée nigérienne sur le territoire malien: à Inekar (24 victimes), à Anderamboukane (5 victimes), et 5 autres victimes “dans une localité située entre Anderamboukane et Chinagodar”.
Ces lieux sont tous situés dans le nord-est du Mali, proches de la frontière nigérienne.Les groupes jihadistes évoluant au Mali se sont eux rendus coupables, outre d’attaques contre des camps militaires qui ont fait des dizaines de morts, de 39 meurtres, 46 enlèvements et 18 cas de torture entre le 1er janvier et le 31 mars, selon l’ONU.
Ces groupes “sont de plus en plus responsables” de violations des droits de l’homme, selon M. Ngefa. “La question, c’est quand est-ce que les procès auront lieu?”, s’interroge M. Ngefa, en estimant qu’il “ne faudrait pas que la crise du Covid nous distraie, alors que les violations des droits de l’homme continuent, surtout (dans le) centre” du Mali.

SourceAFP

Laisser un commentaire