MALI: LE PREMIER MINISTRE S’EXCUSE POUR LES « DÉRAPAGES » DES FORCES DE L’ORDRE APRÈS LES TIRS MEURTRIERS SUR DES MANIFESTANTS

AU MOINS 23 MANIFESTANTS ONT ÉTÉ TUÉS PAR LES FORCES DE L’ORDRE LORS DES ACTIONS DE DÉSOBÉISSANCE CIVILE AU MALI, D’APRÈS UN DÉCOMPTE DU M5RFP. BOUBOU CISSÉ S’EST EXCUSÉ LE 16 JUILLET SUR FRANCE 24 POUR LES « DÉRAPAGES ».

« Malheureusement il y a eu des dérapages. C’est très regrettable, ce qui s’est passé et nous nous en excusons », a regretté Boubou Cissé sur la chaîne d’information française.

D’après le Premier ministre, « l’usage même des forces de l’ordre n’a de but que de protéger la vie des manifestants, des citoyens. Et puis de protéger tout ce qui peut être considérer comme bien public. C’est ce que nous avons chercher à faire », s’est-il défendu.

Ce repenti intervient alors de plus en plus de voix s’élèvent contre « l’usage excessif » de la force par les porteurs.

Les 10, 11 et 12 juillet, Bamako vivait des scènes d’affrontement entre les forces de l’ordre et des manifestants qui s’étaient inscrits en désobéissance civile à l’appel du M5RFP. Durant leurs actions d’occupation pacifique des structures publiques, des tirs à balles réelles ont fait plusieurs morts. La force antiterroriste « Forsat » est accusée d’avoir délibérément cherché à tuer des manifestants pacifiques.

« Evidemment une enquête judiciaire sera ouverte, le Procureur général a déjà été saisi. Ce dernier va saisir le Procureur de la République pour qu’une information judiciaire puisse être ouverte contre x, assure le Premier ministre. Toute la lumière sera faite sur cette affaire et en suivront les sanctions nécessaires en la matière », promet-il.

Ce douloureux épisode de la lutte du M5RFP visant la « démission d’IBK et de son régime » a entraîné une nouvelle radicalisation de la position du mouvement dans les négociations pour une sortie de crise.

Outre ses précédentes revendications, il « exige » désormais comme préalable « l’ouverture d’enquêtes judiciaires en vue de la poursuite, devant les juridictions nationales et internationales, des auteurs, commanditaires et complices des tueries, blessures et exactions commises contre les manifestants ».

Malivox

Laisser un commentaire