Mali: Hadj 2017 : Le tarif est fixé à 2 370 000 FCFA

Cette année, le marché du transport aérien des pèlerins de la filière gouvernementale et de leurs bagages au titre du Hadj est attribué aux compagnies Egyptair et AMASER Voyages.

L’annonce a été faite hier par le ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Oumar Hass Diallo. C’était lors du traditionnel point de presse institué par le nouveau Porte-parole du gouvernement, Abdel Karim Konaté, pour expliquer les grandes décisions du conseil des ministres.
Le ministre Diallo intervenait donc sur le projet de décret portant approbation de ce marché. Donnant plus de détails, il précisera que le choix de ces deux compagnies s’explique par le bon niveau de partenariat qu’elles développent avec notre pays dans le cadre de l’organisation du pèlerinage à la Mecque.
Ces compagnies prendront en charge les 2000 pèlerins de la filière gouvernementale. Etant entendu que cette année notre pays bénéficie d’une augmentation de 48% du quota de pèlerins, soit 13.323 contre 9000 l’an dernier.
La filière privée composée de 4 associations s’est vue attribuer 11.323 pèlerins. Elles se sont partagées ce nombre sans aucune immixtion de l’Etat, a précisé Thierno Amadou Oumar Hass Diallo.
Pour le ministre des Affaires religieuses et du Culte, ce contrat d’un montant de 2,2 milliards de Fcfa est efficace car il prend en charge la totalité du processus. Autre motif de satisfaction : le coût du Hadj s’élève à 2 370 000, l’un des plus bas de la sous-région, a assuré le ministre Diallo.
L’autre décision développée au cours de ce point de presse concerne une communication écrite relative au projet de programme d’urgence sociale d’accès à l’énergie 2017-2020.
Le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Malick Alhousseini, a expliqué que ce programme est la réponse à une promesse faite par le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita lors de son investiture.
Il s’agit, selon le ministre Malick Alhousseini, de booster l’électrification sur l’ensemble du territoire national. La politique en cette matière est de promouvoir l’énergie hybride à travers un accent sur la promotion des énergies renouvelables.
Malick Alhouseini a estimé que ce programme est une nécessité car le périmètre d’EDM ne concerne qu’une cinquantaine de localités à travers le territoire national.
« Le gouvernement va faire des efforts sur le plan financier et géographique pour que les populations dans les chefs-lieux de Cercle et au niveau des frontières, aient accès à l’électricité et à moindre coût. Ce qui permettra de corriger le déséquilibre entre le milieu urbain et celui rural. L’ambition est d’alimenter tous les chefs-lieux de Cercle au même prix que les grandes villes, soit 99 Fcfa le Kw au lieu de 250 Fcfa comme c’est le cas actuellement du fait du coût élevé du thermique », a développé Malick Alhouseini.
A la suite de ses deux collègues, le Porte-parole du gouvernement Abdel Karim Konaté est intervenu pour expliquer la « grande offensive présidentielle » pour les infrastructures routières.
Il a notamment évoqué le lancement, hier, des travaux de construction de la route Banconi-Nionsonbougou, en passant par Dialakorodji-Safo. Cette route est longue de 56 km. Selon Abdel Karim Konaté, les travaux des tronçons Kangaba-Fondo-frontière guinéenne, Kayes-Sadiola, Yanfolila-Kalana et Baraouéli-Tamani démarreront au cours de ce mois de mai.
La réalisation de ces projets routiers fait partie intégrante des priorités devant être réalisées au cours de la période 2016-2018.

Lougaye ALMOULOUD

Laisser un commentaire