Mali: Dr Choguel Kokalla Maiga à propos du rapport entre M5-RFP et le CNSP: « Le peuple malien ne sera jamais roulé dans la farine »

Le comité stratégique du M5-RFP a, dans une conférence de presse animée hier au siège de la CMAS, retracé le film des tractations ayant abouties à la mise en place des certains organes de la transition. Ce mouvement, plusieurs fois dribblé dans la processus, réaffirme «sa détermination à pour son combat pour un Mali nouveau».

Dans une déclaration lue par Pr Ikassa Maïga, le M5-RFP réaffirme n’avoir « aucun représentant dans le nouveau gogouvernement ». Cette coalition, qui déplore des tentatives répétées de marginalisation, dénonce une  » mainmise du CNSP » sur le gouvernement formé le 5 octobre dernier par Moctar Ouane à travers le contrôle direct ou indirect de près des 2/3 des ministères.

La junte, dont la dissolution est réclamée par la CEDEAO s’est arrogée quatre postes clés: la défense, la sécurité, l’administration territoriale et la réconciliation. Le MM5-RFP dit être surpris de l’annonce de la mise en place du gouvernement après que ses experts eurent été mis en attente à la suite de consultations avec le Premier ministre.

Selon l’imam Oumou Diarra, qui a pris la place de Issa Kaou N’Djim, le CNSP avait proposé au M5-RFP de prendre le gouvernement en lui laissant la Présidence et quelques postes clés. Chose que, précise-t-il, «le M5-RFP n’a pas accepté puisque sa lutte n’est un combat de positionnement». Le M5-RFP dénonce aussi la publication dans le journal Officiel d’une « Charte de la transition tronquée ». Il rappelle que le délai de déclaration des biens de certaines personnalités est expiré. Allusion faite au Président de transition Bah N’Daw et son vice-président Colonel Assimi Goïta. Pour le comité stratégique, le combat n’est pas fini. « Le régime de IBK est tombé et nous allons nous battre pour imposer le changement », a déclaré Dr Choguel Kokalla Maïga, qui compte sur « une consolidation des rangs M5- RFP pour aller à l’assaut final ». Lequel sera plutôt « une bataille d’idées, la mobilisation populaire, la contradiction politique, la dialectique dans les débats ». « Ceux qui pensent que nous avons été roulés dans la farine se sont trompés. On verra bien qui a été roulé dans la farine. Le peuple malien ne sera jamais roulé dans la farine », a mis en garde cette figure de la contestation, qui annonce une assemblée générale demain samed 10 octobre pour « exposer davantage les péripéties ayant entourées les démarches du mouvement ».

Moussa Sayon CAMARA

Source : l’Indépendant

Laisser un commentaire