Mali attaque contre des militaires français de la force Barkhane

attaque contre les militaires français

Des militaires français de l’opération Barkhane et des soldats maliens qui participaient à une patrouille conjointe ont été attaqués ce dimanche à la périphérie de Gao. C’est la deuxième attaque en deux jours au Mali, contre les forces anti-jihadistes au Sahel, après l’attentat vendredi contre le quartier général du G5 Sahel à Sévaré.
Il n’y a pas encore de bilan précis, mais un tweet du ministère malien de la Sécurité fait état de 4 civils décédés et d’une vingtaine de civils blessés, et de 4 militaires de l’opération Barkhane sérieusement blessés.

De source hospitalière à Gao, des enfants atteints par le souffle de l’explosion figurent parmi les blessés. L’état des blessés était dimanche soir stabilisé selon le directeur de l’hopital de Gao. L’état-major français dément catégoriquement tout décès côté français et précise que les blessés français ont tous été pris en charge et rapatriés dans la base de Gao.

L’attaque s’est produite vers 11h du matin, heure locale, en périphérie de la ville, à quelques centaines de mètres du check-point de Bourem. Sur les faits précis, deux versions circulent. Selon la première, les véhicules blindés de la force Barkhane ont aperçu un véhicule suspect. Ce véhicule à bord duquel se trouvait au moins un kamikaze a foncé sur les blindés, provoquant une forte explosion, comme en témoigne le cratère au sol, les deux véhicules français endommagés dont un qui a brulé une partie de journée, les magasins éventrés, les maisons fissurées ou effondrées.

L’armée française pour sa part ne confirme pas cette version des faits, et précise qu’une partie des troupes françaises venait de quitter les véhicules et se trouvait donc à pied, quand une attaque terroriste s’est produite. Selon des témoins, après l’attaque un hélicoptère français s’est posé sur place pour repartir avec à son bord des soldats français visiblement blessés.

L’attaque s’est produite dans un climat déjà tendu. Le gouverneur de Gao assure avoir été alerté sur des infiltrations en ville. Il appelle aujourd’hui les habitants à collaborer. « On ne pourra jamais sécuriser Gao sans la participation des populations », confiait hier soir Sidiki Samaké.

Source: rfi

Laisser un commentaire