Lutte contre le terrorisme : L’armée bande les muscles à Kati, Aguel Hoc assaillie

Si le crash d’un hélicoptère déploré à la veille du 20 janvier a certainement quelque peu modifié le programme, il n’en demeure pas moins que l’équipement présenté aux  populations, le jour de la fête, a fait son petit effet. 

C’est en présence des plus Hauts Gradés de l’Armée malienne, des forces étrangères et d’une population sortie nombreuse, que le Président de la République, Chef Suprême des Armées,  a célébré le 58anniversaire de la naissance de l’armée malienne. Une fête marquée par le défilé des troupes militaires et paramilitaires avec de nouveaux engins pour illustrer la montée en puissance des forces armées maliennes (FAMA) dans la lutte contre le terrorisme. «Une armée réhabilitée, une armée en requalification avec des Hommes déterminés. Nul doute à ce sujet là. Une armée équipée aux dernières techniques en la matière», a dit avec beaucoup d’assurance le Chef suprême des armées, le Président Ibrahim Boubacar Kéïta. Selon lui, l’Armée malienne doit redevenir ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, une armée de combat et équipée comme l’ont voulu ses fondateurs, le Président Modibo Kéïta, le Général Soumaré et tant d’autres.

Le Chef de l’État avant, avait déposé une gerbe de fleurs au pied de la stèle dédiée aux «morts pour le Mali» et fait la revue des troupes avec à ses côtés le Chef d’état-major des armées.

L’assistance a ensuite eu droit au traditionnel défilé des troupes militaires et paramilitaires. Mais, comme chaque année depuis le début de la crise en 2012, c’est avec moins de faste. En moins d’une heure seulement, la place d’armes du camp Soundjata Kéïta de Kati avait vu défiler l’ensemble des corps habillés du Mali. Le moment le plus marquant était certainement celui du passage des engins de guerre. Le bal a été ouvert par les 24 blindés récemment offert au Mali par le Royaume Qatari suivi des blindés allemands. La boucle a été bouclée par les bateaux blindés. Avec des capacités de 12 soldats, ces bateaux permettront de sécuriser le trafic sur le fleuve Niger. Un fleuve devenu le théâtre de nombreuses attaques notamment au centre du pays.

«Nous avions, depuis quelque temps, remarqué que, régulièrement sur les passages de certains bateaux de la COMANAV (Compagnie Malienne de navigation), des attaques avaient été faites contre les passagers, cintre les Maliens et ces bateaux-là. Désormais, ces bateaux seront entièrement sécurisés, le trafic fluvial sécurisé», a promis le Chef de l’État. Les populations se sont quant à elles montrées satisfaites et rassurées de savoir que l’Armée pourra faire face à ses missions avec les moyens mis à leur disposition. «Je suis animé par un sentiment de fierté parce que quand ce sont nos forces armées et de sécurité qui sont équipées, notre sécurité est assurée d’avance. C’est le souhait de tout Malien que les capacités de nos forces armées soient renforcées», dit un Katois tout heureux après le passage des engins de guerre.

Mais cette journée de fête a été endeuillée par l’attaque du camp de la MINUSMA, à Aguelhok, le même jour, avec de nombreuses pertes en vie humaine dans le contingent tchadien.

Mohamed Sangoulé DAGNOKO :

source:LE COMBAT

Laisser un commentaire