L’insécurité au Mali : La cité des rails, la cible des attaques des bandits armés non – identifiés !

L’insécurité a été toujours un phénomène menaçant dans le centre et le septentrion du Mali depuis 2012. Malgré les mesures prises par les Autorités du pays, des attaques continuent un peu partout au Mali. En effet, la cité des rails vient d’être la cible des attaques des bandits armés non identifiés à environ 616 km de la capitale causant ainsi plusieurs blessés. Heureusement, pas de mort d’homme. Toute porte à croire que nous vivons dans une situation la plus inquiétante pour la population.

Le Mali traverse toujours une période très difficile à travers la crise sécuritaire. Partout où existe une portion des sceaux de l’État, la situation dépasse à notre humble connaissance. Depuis des années, le nord du Mali demeure dans une situation des attaques meurtrières dont la population est la principale victime. Malgré les dispositions prises par les Autorités du pays, la situation semble continuelle. Ajoutant cela, l’intervention des opérations internationales n’a pas empêché la menace. De l’intérieur comme de l’extérieur, la vie des Maliens reste préoccupante de façon durable. Voir le visage de notre pays. Ainsi, la région de Kayes qui était un peu à l’écart de cette menace d’incertitude et d’inquiétude se voit concernée. Cette ville commence à être touchée par des attaques de présumés djihadistes. Cette violence s’est déroulée à proximité de la ville de Kayes. Du coup, l’intégrité du territoire national est menacée. Ce fléau serait sans doute déplorable pour le développement de notre pays. Des attaques faites par les bandits armés à moto sont fréquentes dans notre pays, notamment sur le tronçon de Bamako à Kayes. À cela s’ajoute, des autobus affrétés pour de cérémonies festival ont été attaqués, ce qui a causé nombreux blessés et des morts sont enregistrés. Rappelons que la ville de Kayes fait frontière avec le Sénégal, jouant un rôle important pour le développement de notre pays à travers le commerce et l’agriculture, mais aussi la ressource minière. Donc, ces violences menacent la quiétude de la population et les déplacements dans le reste du pays, notamment à Bamako. Le pays se dirige de jour en jour vers le chaos au nord et au centre du pays jusqu’au sud ce qui freine le développement socio-économique de façon durable. Les Autorités de la ville de Kayes seraient appelées à jouer leurs rôles pour réduire ce phénomène dans la zone de Kayes et environ. En plus de toutes ces difficultés, le pays se trouve dans une crise socio-politico-judiciaire sans précédant. À quand une stabilité pour ce pays et ses fils ? Nul n’est à l’abri dans ce pays. Que faut-il faire ?

Lassana Sow, stagiaire

LE COMBAT

Laisser un commentaire