Liban : le bilan s’alourdit à Beyrouth, plus de 135 morts et plus de 5000 blessés

Une majeure partie de la ville a été touchée par les effets de ces deux explosions, les vitres volant en éclat et les habitants se retrouvant projetés au sol par la force du souffle. Les déflagrations ont même fait trembler les immeubles dans pratiquement toute la capitale, à plusieurs kilomètres à la ronde. 

Au moins 135 morts, environ 5.000 blessés et des dizaines de disparus. Voici le dernier bilan provisoire livré mercredi après-midi à la télévision par le ministre de la Santé libanais, Hamad Hassan. Les hôpitaux de la capitale, déjà confrontés à la pandémie de Covid-19, sont saturés.

Les autorités avaient d’ailleurs rapidement interdit l’accès au secteur du port à toute personne étrangère aux forces de sécurité et de secours, alors qu’un ballet incessant d’ambulance se faisait entendre dans les rues de Beyrouth ce mardi, de longues heures après les explosions.

Aux abord du port, un soldat a confié à nos confrères de l’AFP que de nombreux cadavres jonchaient la zone, et les images des rues ensanglantées font craindre que le bilan ne s’alourdisse de manière considérable au cours des prochaines heures et jours, à mesure que les gravats seront déblayés.

Jusqu’à 300.000 personnes sans domicile

Jusqu’à 300.000 personnes se retrouvent sans domicile mercredi à Beyrouth, au lendemain des explosions, a indiqué le gouverneur de la capitale Marwan Abboud, estimant le coût des dommages à plus de trois milliards de dollars.

“J’ai fait un tour dans Beyrouth, les dommages peuvent s’élever à entre trois et cinq milliards de dollars”, a indiqué à l’AFP le gouverneur, précisant toutefois qu’il attendait une évaluation des experts et des ingénieurs. “Près de la moitié de Beyrouth est détruite ou endommagée”, a-t-il estimé, avec 250.000 à 300.000 personnes se retrouvant sans domicile.

Des hôpitaux saturés

En effet, les conditions sanitaires dans un pays déjà éprouvé par le covid-19 n’aident pas à la prise en charge des blessés. Ce mardi, quelques heures seulement après la catastrophe et alors que des centaines de blessés, certains gravement, se déplaçaient dans les rues pour tenter d’être pris en charge dans les hôpitaux, nombre de ceux-ci ont fait savoir qu’ils étaient saturés.

À l’Hôtel Dieu, l’un des hôpitaux du centre de la ville, plus de 500 blessés avaient par exemple été admis dès l’après-midi, dont des dizaines nécessitant des opérations chirurgicales lourdes, ce qui a contraint le personnel soignant à refuser des blessés.

D’autres établissements comme l’hôpital Saint-Georges ont subi des dégâts très lourds durant la double explosion. Résultat: dans la soirée, privé d’électricité, l’hôpital a dû évacuer ses très nombreux patients vers d’autres structures.

La piste du nitrate d’ammonium

Si personne n’a pris le risque de s’avancer trop vite parmi les officiels libanais quant à l’origine de l’explosion, une piste s’est renforcée heure après heure pour expliquer ce qu’il s’est passé ce mardi.

Comme l’ont expliqué plusieurs responsables, les regards se sont rapidement tourné vers un entrepôt du port où étaient stockées des matières toxiques dangereuses et surtout explosives.

Le Premier ministre Hassane Diab a d’ailleurs confirmé cette piste à la télévision, évoquant un “entrepôt dangereux qui était là depuis 2014”, précisant que les responsables du drame devraient “rendre des comptes”. Selon le Premier ministre libanais, environ 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium étaient stockées dans le lieu qui a explosé.

Le nitrate d’ammonium est un sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés, et a causé plusieurs accidents industriels dont l’explosion de l’usine AZF à Toulouse en 2001.

Reste à savoir ce qui a mis le feu à ces matières explosives, s’il est confirmé que ce sont bien elles qui ont provoqué la catastrophe du jour.

Une journée de deuil national 

Les terribles images de ce mardi ont forcément mis en émoi tout un pays, et plus largement la communauté internationale. Dans les rues saccagées de Beyrouth, le gouverneur de la ville a fondu en larmes alors que le Premier ministre promettait de son côté que les fautifs rendraient des comptes.

Une journée de deuil national a par ailleurs été annoncée pour ce mercredi 5 août, alors que le Conseil supérieur de Défense était réuni pour une discussion d’urgence. Dans une allocution télévisée, Hassane Diab a même lancé un appel au soutien international face à cette épreuve. “Je lance un appel urgent à tous les pays amis et les pays frères qui aiment le Liban à se tenir à ses côtés et à nous aider à panser nos plaies profondes”, a-t-il déclaré.

En France, le président Emmanuel Macron et le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ont témoigné le Liban de leur soutien, assurant que la France se tiendrait au côté de son allié et ami. “Des secours et moyens français sont en cours d’acheminement sur place”, a ajouté le président de la République.

Le HuffPost avec AFP

Laisser un commentaire