Législatives 2020 : Le parti présidentiel RPM en perte de vitesse à Bamako

C’est une véritable déculottée que les tisserands ont pris dans le district de Bamako  en parvenant à arracher qu’un seul siège  sur quatorze à pourvoir à l’Assemblée nationale.

-Maliweb.net- Le parti fondé par l’actuel Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, s’en voudrait. Pour cause, les tendances annoncées pour les élections législatives du dimanche dernier ne leur sont guère favorables.   Arrivée en 2013 en première position dans le district de Bamako avec 9 sièges de députés sur les 14  à pourvoir, les tisserands, selon les résultats provisoires, n’ont  enregistré qu’un seul siège  aujourd’hui. Ce qui fait  perdre au parti présidentiel  8 sièges dans la capitale.

Le  seul siège arraché in extremis au second tour  revient à Karim Keita, député sortant et fils du président de la République, qui est parvenu à rempiler  grâce à son alliance avec  le MPM et l’ADEMA en commune II. En commune V,  le candidat du RPM, Moussa Timbiné  conteste déjà les résultats provisoires même si les tendances  le donnent perdant.

Ces résultats provisoires révèlent  au grand jour les difficultés que le parti présidentiel rencontre avec les populations de Bamako. En outre, cet échec cuisant des tisserands ouvre la voie au principal parti de l’opposition, l’Union pour la République et la Démocratie,  qui a enregistré déjà 4 sièges.  Il est suivi  du parti de l’ancien premier ministre, Moussa Mara, 3 sièges, puis l’ADEMA 2 sièges. Le MPM, le PRVM-Fasoko, l’ADP-Maliba et la ligue démocratique pour le changement, chacun un siège. Totalisant le nombre de sièges à pourvoir.

Cette contre-performance vient mettre fin à la ferveur qu’avait suscitée le plébiscite du Président Ibrahim Boubacar Keïta en 2013. Lequel avait permis une ruée des militants vers  les tisserands faisant croire à certains cadres de cette formation politique que le RPM est un grand parti politique. Les regards des responsables du RPM sont désormais tournés l’an prochain qui verra  une nouvelle consultation électorale, les municipalités. Ce, afin de sauver les meubles à Bamako.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Laisser un commentaire