Harmonisation des filets sociaux de sécurité alimentaire: Les acteurs se penchent sur les bonnes pratiques à adopter !

La sécurité alimentaire au Mali

La salle de conférence de l’Institut de Recherche en Géronto-Gériatrie de Bamako « Maison des Ainés », a servi de cadre,  les 29 au 30 mars 2018, pour l’atelier national inclusif de partage et de validation des résultats de l’étude de capitalisation pour l’harmonisation des Filets Sociaux de Sécurité Alimentaire en Afrique (FSSA) de l’Ouest. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Conseiller Technique du Ministre de la Solidarité et de l’Action Humanitaire en charge de la Protection Sociale, Amadou Diallo en présence du Représentant de la CEDEAO, Abdoulaye Bane et de celui d’OXFAM, Badjougué Dembelé.

En effet, cette étude de capitalisation s’inscrit dans le cadre du Projet sur la Normalisation des Filets Sociaux de Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest, mise en œuvre par OXFAM (Mali) et Inter Réseau pour le Développement Rural (Burkina Faso) et financé par l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) de la CEDEAO. Un projet qui intervient dans trois pays à savoir le Mali, le Niger et le Burkina Faso. De manière générale, cet atelier national inclusif avait pour objectif de partager et de valider les résultats de l’étude de capitalisation en vue de les intégrer dans les cadres de référence nationaux. Il s’agissait d’une part de partager les résultats de l’étude de capitalisation de la pratique des filets sociaux au Mali, et d’autre part, de discuter des bonnes pratiques, des leçons apprises qui ressortent de l’étude pour les entériner ; de valider les bonnes pratiques et recommandations ; de proposer un contenu consensuel pour les cadres de référence nationaux sur la base des bonnes pratiques ; de formuler des recommandations pour l’atelier sous régional prévu en fin avril 2018. La rencontre a également enregistré la participation des dix (10) Directeurs régionaux du Développement social, du District de Bamako, des  Représentants des Services centraux et rattachés du Ministère de la Solidarité et de l’Action Humanitaire et des partenaires techniques et financiers dudit projet.

Tout d’abord, le Représentant de la CEDEAO, Abdoulaye Bane a fait un fait un rappel succinct sur le contexte socio-sécuritaire actuel de la sous-région marqué par des conflits armés, des déficits pluviométriques dû aux effets néfastes des changements climatiques. Dans un tel contexte, la présente étude trouve toute sa justification, a ajouté M. Bane. Ensuite, le Représentant d’OXFAM, Badjougué Dembelé a indiqué que cette étude vise principalement le renforcement de la gouvernance, du leadership de l’Etat et de la qualité de la réponse face à la pauvreté et à la vulnérabilité. Enfin, le Conseiller Technique en charge de la Protection Sociale, Amadou Diallo a félicité OXFAM et la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation) pour leur engagement constant dans la conduite de cette étude, qui contribue sans nul doute à la solidarité sous régionale en matière de Filets Sociaux de Sécurité Alimentaire. Il a aussi réaffirmé la volonté et la disponibilité du Département en charge du Développement social à accompagner le Projet de sur la Normalisation des Filets Sociaux de Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest pour les atteintes des objectifs assignés.

A l’issue des travaux de deux jours, plusieurs recommandations ont formulées dans la perspective de la Feuille de route pour la Normalisation des Filets Sociaux de Sécurité Alimentaire prévu dans un mois à Dakar. Pour mettre en œuvre cette feuille de route, l’État s’engage à créer les conditions nécessaires et à mettre à disposition des ressources humaines et financières, la recherche de financements innovants.

Les PTF et les ONG se sont engagés à mettre à disposition leurs expertises techniques et les ressources financières, et à participer activement aux espaces de concertation et coordination pilotés par l’État. Concernant les bonnes pratiques à mettre à disposition du processus de dialogue régional, et qui concourent à la production de « normes régionales », les participants ont mis en avant la typologie des filets sociaux, l’expérience du registre unique, les dispositifs institutionnels de pilotage, d’orientation, de coordination entre autres.

Ahamadou Mahamar TOURE

Laisser un commentaire