Konimba Sidibé répond à Nicolas Normand : “quel autre sort faut-il réserver à un président (IBK) se comportant en véritable parrain d’une mafia qui a fait main basse sur les ressources publiques et qui n’en a cure de l’inexorable descente aux enfers du pays résultant de sa gouvernance calamiteuse et corrompue ?”

Position de Nicolas Normand, ancien ambassadeur de France au Mali sur le combat du M5-RFP pour la démission de IBK :

“Il est bien clair qu’il y a un problème de leadership et qu’IBK a déçu et n’offre pas de vision et de stratégie.
Cela étant, le M5 n’a pas de légitimité à vouloir imposer par la rue un changement de leadership. Cela s’appelle un coup d’état à peine déguisé. Et si IBK est peut-être impopulaire, on ne sait pas si les leaders du M5 sont vraiment représentatifs, n’étant pas des élus, pour la plupart.
Et enfin, la proposition alternative du M5 est vide : transition, assemblée constituante, vaste consultation.
Il y a déjà eu le DNI, s’agit-il de recommencer ? Les demandes institutionnelles et le changement de constitution : en quoi cela peut-il aider ?
Il s’agit plutôt de mettre d’autres politiciens, le plus souvent des revenants, au pouvoir. Le changement d’hommes, en l’absence totale de vision et de stratégie n’est pas une solution.
Le M5 hétéroclite ne propose rien sur les questions qui se posent :
Faut-il appliquer ou réviser l’accord d’Alger ? Si on le révise, peut-on assumer une reprise du conflit avec les séparatistes du nord ?
Doit-on demander à l’imam Dicko de négocier sérieusement avec les djihadistes en vue d’un compromis pouvant être une république islamique ou une république des imams ou bien le Mali veut-il rester un régime laïc et démocratique ?
Comment renforcer l’armée ? Que faire de Barkhane ?
Etc.
Voilà la situation. Des questions sans réponse et pas de leader providentiel proposant une vision et un programme. Il ne s’agit pas de défendre IBK. Il s’agit d’éviter un coup d’état pour rien,
Nicolas Normand
Ancien Ambassadeur de France au Mali”

Ma réponse à l’ambassadeur Nicolas Normand :

Une prise de position plus que surprenante de la part de Nicolas Normand après tout ce qu’il a écrit de pertinent sur la crise malienne. Ramener le M5 à des politiciens revenants, est un peu court comme argument.
Son texte a tout l’air d’un plagiat de l’argumentaire de la fameuse CFR à la solde d’IBK. Comment est-ce qu’un M5-RFP sans légitimité arrive-t-il à réussir des rassemblements populaires d’une telle envergure qui font trembler le régime d’IBK et ses suppôts ?
Quel autre sort faut-il réserver à un président se comportant en véritable parrain d’une mafia qui a fait main basse sur les ressources publiques et qui n’en a cure de l’inexorable descente aux enfers du pays résultant de sa gouvernance calamiteuse et corrompue ?
IBK a bénéficié en vain de toutes sortes d’opportunités pour changer de cap : des dialogues à ne pas en finir au niveau national, soutien multiforme de la communauté internationale, etc.

Quelle alternative Nicolas Normand propose-t-il in fine à un peuple malien totalement désespéré d’IBK et qui vit quotidiennement les affres d’une crise multiforme qui s’aggrave chaque jour un peu plus ?

Les Maliennes et les Maliens seraient heureux et fiers de forcer IBK à démissionner par un soulèvement populaire contre lui. Nicolas Normand et d’autres sont libres de qualifier cela de coup d’État, cela importe peu.

Tiens dit moi Nicolas, la révolution française de 1789 consécutive à des soulèvements populaires mémorables d’une violence inouïe dont toute l’humanité est encore fière, plus de 200 ans après, était-il un coup d’Etat ?

Je suggère à Nicolas Normand de s’imprégner un peu mieux de la situation réelle qui prévaut actuellement au Mali pour mieux comprendre la lutte actuelle du peuple malien qui a besoin de la solidarité de tous les peuples du monde entier.

Konimba Sidibé

Laisser un commentaire