« Kidal, à qui profitent les affrontements ? »

ATT en 2012 présumés jihadistes

Toutes les parties étaient d’accord pour que dès cette semaine les autorités intérimaires soient mises en place. Pour autant des tensions entre les groupes armés signataires étant toujours latentes, il a suffit d’un fait insignifiant pour que se déclenche une succession d’évènements dramatiques. Le HCUA, renforcé d’Ansar Dine en a profité pour chasser les combattants du GATIA en dehors de la ville. Cette situation permet aujourd’hui encore à certains leaders du HCUA de maintenir le chaos et la mainmise sur Kidal et sa région. Une fois de plus, les habitants de Kidal en sont les premières victimes.

Après Niamey les conditions semblaient pourtant remplies pour avancer vers la paix à Kidal et pour la mise en place des autorités intérimaires dans les délais. Même s’il est difficile de déterminer qui du GATIA ou de la CMA est à l’origine des affrontements,  leur violence a été extrême et les victimes se comptent par dizaines. Le GATIA a même dû quitter précipitamment la ville pour se réfugier à Tabankort. La recherche des derniers combattants GATIA, cachés dans les quartiers Imghads de Kidal, s’est accompagnée de pillages de maisons poussant des civils à fuir la ville.

Pourquoi une telle violence et une réponse aussi disproportionnée ? Tout Kidal le sait !

Les intérêts de certains membres du  HCUA sont aussi ceux d’Ansar Dine. Pour être encore plus précis, les intérêts de Cheikh Ag Aoussa et du djihadiste Iyag Ag Ghaly sont les mêmes. Ces deux personnages ont un objectif commun, celui de rester  les maîtres incontestés de Kidal et de sa région. Pourquoi se priveraient-ils et partageraient-ils le fruit de leurs trafics et de leurs exactions ?  L’occasion de se débarrasser du GATIA, concurrent gênant, était trop belle.

Les enjeux et les liens entre Cheikh Ag Aoussa et Iyag Ag Ghaly sont tels, que pour chasser le GATIA hors de Kidal, les combattants du HCUA ont reçu le renfort d’Ansar Dine. Aujourd’hui des djihadistes notoires se pavanent en toute impunité dans la ville !

Ces alliances douteuses se construisent au détriment de la paix et des populations locales. Pourtant Cheikh Ag Aoussa n’incarne pas le HCUA !  En son sein des gens intègres aspirent à la paix et à l’amélioration des conditions de vie de la population. Ces personnes de bonne volonté ne sont pas dupes, elles sont en mesure de désamorcer ce nouveau piège. Il devient urgent qu’elles se débarrassent des brebis galeuses de leur camp.

 

La rédaction 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.