Kenya: le boom inquiétant des grossesses d’adolescentes

Dans le comté de Machakos, non loin de Nairobi, 4 000 jeunes filles seraient tombées enceintes entre mars et juin derniers depuis la fermeture des écoles pour lutter contre le coronavirus, selon des chiffres recueillis auprès des hôpitaux de la région. Mais le phénomène serait national. 

Elles ont entre 12 à 18 ans, certaines même plus jeunes encore. Des milliers d’adolescentes sont tombées enceintes en quelques semaines. Un phénomène que les médias kényans surnomment « la peste du sexe ». En cause : la fermeture des écoles et des enfants renvoyés au village pour permettre à leurs parents de continuer de travailler.

« Lorsque nous essayons de comprendre, nous faisons toujours le même constat : les parents confient leurs enfants à des proches dans leur village, à leurs grands-parents par exemple, avant de retourner en ville. Une fois partis, ils ne savent pas ce qu’il se passe et ne prennent plus de nouvelles de leurs enfants. Ces enfants sont livrés à eux-mêmes sans que personne ne prenne soin d’eux », explique Salome Muthama, la responsable du département enfance du comté de Machakos.

Rapports sexuels non protégés, mais aussi viols et prostitution. Ces jeunes filles voient leur avenir dévasté. « La vie de ces jeunes filles est détruite. La moitié d’entre elles vont probablement se marier au plus vite, encore mineure, la plupart ne retournera pas à l’école et elles vont devoir commencer à travailler si jeune. C’est une vie de misère qui les attend », se désole Salome Muthama.

RFI

Laisser un commentaire