Insécurité dans le Sahel : Comment faire face aux défis sécuritaires

forces françaises et un groupe armé militaire soldat armee francaise nord mali kidal barkhane serval sahel tessalit embuscade

En vue d`accompagner les gouvernements du Liptako Gourma (Burkina-Faso, Mali et Niger) et leurs dispositifs de lutte contre les phénomènes d`insécurité, l`Institut National Démocratique (NDI) a, en partenariat avec le National Endowment for Democracy (NED), a procédé au lancement du programme dénommé : ” Soutenir les institutions démocratiques pour développer des cadres juridiques et politiques sensibles aux préoccupations sécuritaires des citoyens”.

 

Ce programme qui se déroule simultanément dans les trois pays (Burkina Faso, Niger, Mali) a pour objectif global le développement de la collaboration régionale entre les institutions gouvernementales, les parlements et la société civile. Ceci, afin de contribuer à l’élaboration de stratégies de sécurité inclusives et harmonisées qui vont renforcer la légitimité de ces démocraties émergentes. Il va en outre aider les centres nationaux d’études stratégiques et de sécurité des trois pays à s’engager auprès des parlementaires et des organisations de la société civile dans l’élaboration de cadres politiques nationaux et régionaux inclusifs.

Au terme des deux jours de travaux, les participants à savoir les centres nationaux d’études stratégiques du Mali, du Burkina-Faso et du Niger, des parlementaires ainsi que des organisations de la société civile  ont  élaboré de cadres politiques nationaux et régionaux inclusifs. Ils ont aussi identifié différents points d’action entre les Centres d’Etude Stratégique des pays du Liptako-Gourma,  en vue de mettre en place un mécanisme commun leur permettant d’identifier les signes des crises et de procéder à leur décryptage pour une décision politique plus efficiente.

Ce mécanisme permettrait  aussi d’identifier les éventuelles menaces et les contrecarrer afin de maintenir la stabilité dans la sous- région.

Le Directeur résident du NDI Mali, Dr Badié HIMA souligne que le programme s’inscrit dans la continuité du Programme Sahel sur la gouvernance démocratique du secteur de la sécurité. Dr Hima  a aussi  mis l’accent  sur un autre programme du NDI. Le programme sous régional intitulé « Renforcer la Gouvernance Démocratique du Secteur de la Sécurité au Sahel » ; programme que le NDI a mis en œuvre avec l’appui financier de la Coopération Danoise et du gouvernement norvégien dans le but de promouvoir la paix et la stabilité dans le Liptako Gourma. Ce programme a permis selon Dr Badié d’établir un dialogue autour des rôles et des missions des trois centres d’études stratégiques et de sécurité des trois pays de l’espace. Ce programme a également permis de créer les bases d’un cadre collaboratif entre ces centres stratégiques. « Pour le NDI, une coopération accrue entre les centres d’études stratégiques sur la sécurité, les parlementaires, la société civile, l’Autorité du Liptako Gourma et le G5 Sahel, est essentielle pour améliorer et harmoniser les politiques et les cadres de sécurité afin de mieux répondre aux besoins de communautés et lutter efficacement contre les menaces sécuritaires » a déclaré le responsable du NDI Mali.  Il a  mis en exergue la volonté ferme des Etats du Liptako Gourma à aller vers une coopération plus accrue,

Pour le représentant du ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Mahamadou MAIGA, les trois pays concernés n’ont d’autre choix que de mutualiser leurs forces ; ce, au regard de l’ampleur du défi que constitue la crise sécuritaire que les trois pays traversent[ le constat est inquietant,les pays du Liptako Gourma font face  à un enjeu existentiel, Ils sont confrontés au terrorisme, ils combattent des réseaux puissants. Face à cela, selon Mahamadou  Maiga, la solution ne peut être que  dans la mutualisation des forces  “Une coopération accrue entre les centre d’études stratégiques sur la sécurité, les parlementaires, la société civile, l’Autorité du Liptako Gourma et le G5-Sahel est essentielle pour améliorer pour harmoniser les politiques afin de mieux répondre aux besoins des communautés et lutter efficacement contre les menaces sécuritaires”, a insisté M. MAIGA

Mémé Sanogo

SourceL’Aube

Laisser un commentaire