Incendie du marché à bétail de Faladiè : le cri de cœur du comédien Kanté

L’incendie du marché à bétail de Faladiè où habitaient des déplacés internes de la région de Mopti ainsi que des réfugiés Burkinabè a fait réagir beaucoup de Maliens.Ce drame survenu le mardi 28 avril 2020 a donné à réfléchir au comédien Souleymane Kéita communément appelé Kanté.

Vivant dans des huttes construites à leur propre frais depuis des années, exerçant le commerce de bétail pour subvenir à leurs besoins, l’incendie du mardi 28 avril 2020 a été dramatique pour les déplacés du centre installés au marché à bétail de Faladiè. En effet, une bonne partie de ce marché est partie en fumée.

Kanté déplore ce drame

L’artiste comédien malien Kanté fustige l’hypocrisie des Maliens face à ce drame. Nombreux sont ceux qui ont condamné ce drame, reconnait-il. Or, ces déplacés occupent cet endroit depuis longtemps et rares sont ceux qui leur sont venus en aide. « Combien de Maliens ont apporté leurs aides à ces déplacés ? », s’interroge-t-il.

Il n’en décolère pas pour autant et demande aux Maliens plus de responsabilités. « Il ne faudrait pas tout attendre des autorités », dit-il. A l’en croire, même si tous les Maliens sont pauvres, les degrés de pauvreté sont différents. A ce titre, chacun pouvait apporter une petite contribution à ces déplacés avant ce drame.

Cultiver l’humanisme

Comme à l’accoutumée, Kanté finit par inviter les Maliens à plus d’humanisme. Car sans l’amour dans les cœurs, dit-il, il serait difficile de se développer et d’avoir la paix. Il invite à l’amour du prochain, à l’entraide pour que les maux s’amenuisent.

Face à toutes ces situations malencontreuses au Mali, Kanté s’interroge sur la place qu’occupent des vertus tant prônées au Mali comme la droiture, la pitié, la dignité. Le mutisme des leaders religieux sur toutes ces situations écœure également le jeune artiste comédien. Le Mali est devenu un pays de mensonge où ceux qui disent la vérité sont vus comme des ennemis du pays, déplore-t-il.

Pour ces déplacés, tout le monde peut apporter sa pierre à la construction de l’édifice, fait-il savoir.

Des organisations s’activent

En effet, beaucoup d’organisations humanitaires notamment Ocha Mali ainsi que la MINUSMA, etc., ont apporté des aides à ces sans-abris. Les agences des Nations Unies ont distribué des vivres, coupons alimentaires, nattes, ustensiles de cuisine, seaux, savons et autres biens non-alimentaires aux personnes affectées. C’était au lendemain du drame. A cette occasion, la coordonnatrice humanitaire, coordonnatrice résidente et représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations Unies au Mali, Mbaranga Gasarabwe a déploré la situation : « Je compatis à la souffrance des personnes affectées et regrette les dégâts matériels causés par ce sinistre. » Elle poursuit en précisant que « L’incendie rend sans-abri des personnes déjà vulnérables dans un contexte difficile marqué par la période de forte chaleur et la pandémie de COVID-19. Les partenaires humanitaires, en coordination avec les services étatiques, sont mobilisés pour apporter une assistance d’urgence aux personnes touchées, »

Le ministre de l’Élevage et de la Pêche, Dr Kané Rokia Maguiraga a également visité les lieux le mercredi 29 avril 2020. Elle a promis des vivres aux près de 2000 sinistrés. Soulignons également qu’une commission a été mise en place pour évaluer les dégâts causés par cet incendie et d’évaluer les solutions possibles à apporter.

Oumarou

Source: fasomali

Laisser un commentaire