Imigration: Témoignage de Birama, un Malien rentré au pays grâce à l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants au Mali.

Imigration des jeunes

Imigration: Témoignage de Birama, un Malien rentré au pays grâce à l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants au Mali.

« Je suis très heureux de revenir sain et sauf à la maison, je ne retournerai jamais en Libye. Je conseille aux Maliens de ne pas voyager de façon irrégulière, surtout vers la Libye qui n’est pas un bon endroit pour vivre.

Les passeurs ne sont pas sérieux. Ils vendent les migrants à des mercenaires pour se faire de l’argent.
Je ne vais plus jamais migrer vers un autre pays encore, je resterais ici au Mali sur la terre de mes ancêtres pour travailler et réussir, a déclaré Birama, 26 ans, originaire de Neguela, un village du Mali situé à plus de 60 kilomètres de Bamako.

Il dit avoir quitté le pays Mali à la recherche d’une vie meilleure. « J’ai quitté le Mali le 5 mai 2017 pour la Libye, dans l’espoir d’atteindre l’Italie. J’ai été confronté à beaucoup de difficultés à cause des trafiquants. Je leur ai donné 700 000 Fcfa, mais ils m’ont « vendu », avec 59 autres candidats aux mercenaires qui nous ont emprisonnés à Saba qui est la première ville libyenne à la frontière avec le Niger.
Nous étions nombreux dans la prison et étions maltraités, ils ne nous donnaient qu’une miche de pain et une tasse de café par jour.
Quand ils t’appellent, tu es obligé de répondre aussitôt ou ils te tuent. « J’ai vu des gens se faire tirer dessus. Un soir, le gardien rentra dans sa chambre et la ferma, tout en oubliant de fermer la grande porte de la prison. J’ai profité de cette seule et unique occasion pour escalader le mur de la prison afin de m’évader. « J’ai marché durant 4 heures dans la rue… J’étais très fatigué et effrayé.

La chance m’est encore une fois offerte à l’arrivée d’un généreux chauffeur de camion qui m’a transporté à Agadez.
Une fois arrivé, je suis allé au Centre des migrants pour me faire enregistrer par les agents de l’OIM en vue d’un retour volontaire.

Je ne sais pas la date exacte à laquelle je me suis échappé parce que j’étais traumatisé et je pense avoir passé environ deux mois en prison et deux jours à Agadez avant de rentrer à Bamako. Maintenant, je vais tout d’abord chez ma mère à Kati, avant d’aller à mon village à Negeula ».

Birama est bénéficiaire de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants au Mali, financée par l’Union européenne.

A son arrivée au Mali, tout comme les autres migrants de retour, il a bénéficié d’une assistance immédiate comprenant un hébergement temporaire, des soins de santé, de la nourriture et le transport jusqu’à sa destination finale.

L’Initiative conjointe vise à contribuer au renforcement de la gouvernance des migrations et assurer la protection, le retour et la réintégration durable des Maliens au Mali et des migrants vers leurs pays d’origine de la région.

Le projet a également pour but de soutenir le Mali à améliorer la protection, fournir une assistance et permettre le retour volontaire assisté des migrants vulnérables, en transit et bloqués sur son territoire.

Depuis le lancement du projet en mai 2017 jusqu’aujourd’hui, plus de 4 000 migrants sont rentrés au Mali.

Auteur: Seydou Tangara

Laisser un commentaire