IBK-Boubou : Qui dirige le Mali ?

Le Premier ministre Boubou CISSE, en proclamant ‘’mon rôle c’est de faire en sorte que les institutions continuent à fonctionner et m’impliquer au mieux, sans action partisane, pour que le dialogue fasse foi entre tous les acteurs’’ amène à poser la question : qui dirige le Mali, qui en est réellement le Président ? La Constitution tranche la question.

Ballotté par le M5-RFP, le Premier de la classe de Premier ministre a-t-il oublié ses leçons ou est-il simplement rattrapé par ses farnientes de vacancier. En tout cas, Boubou CISSE n’est pas plus à un plantage près. Outre la grosse bourde d’implication de la FORSAT dans les tueries alors que la hiérarchie est très catégorique sur le sujet : cette unité n’a jamais été déployée dans le cadre du maintien d’ordre, voilà notre savant de Premier ministre seul dans son gouvernement qui à force de s’accrocher en dépit des appels en faveur de sa démission. Il usurpe les pouvoirs constitutionnels du Président de la République et s’affirme Président à la place du Président en difficulté. Sur la page Malibbok sur laquelle il n’a pas d’ennemi (sic !), Boubou CISSE a dit ce dimanche : ‘’mon rôle c’est de faire en sorte que les institutions continuent à fonctionner et m’impliquer au mieux, sans action partisane, pour que le dialogue fasse foi entre tous les acteurs’’.
Les fonctions et attributions du Premier ministre sont définies à l’article 55 de notre Constitution. Les voici : ‘’le Premier Ministre est le Chef du Gouvernement ; à ce titre, il dirige et coordonne l’action gouvernementale. Il assure l’exécution des lois.
Sous réserve des dispositions de l’article 46, il exerce le pouvoir réglementaire. Il est responsable de l’exécution de la politique de défense nationale. Il peut déléguer certains de ses pouvoirs aux Ministres. Il supplée, le cas échéant, le Président de la République à la présidence du Conseil et du Comité prévus à l’article 44.
Il le supplée pour la présidence du Conseil des Ministres, en vertu d’une délégation expresse et pour un ordre du jour déterminé’’.
Comme on le voit, nulle part il n’est dévolu au Premier ministre la mission de veiller sur les institutions ni même de faire en sorte qu’elles marchent bien. Donc quand Boubou CISSE dit ‘’mon rôle c’est de faire en sorte que les institutions continuent à fonctionner’’, il est totalement à côté de la plaque. Sois le vacancier ignore totalement son rôle constitutionnel et institutionnel, soit il est dans l’usurpation inacceptable même en période de crise. En effet, les institutions et leur fonctionnement, c’est le rôle du Président de la République et de la Cour constitutionnelle :
– ‘’Le Président de la République est le chef de l’Etat. Il est le gardien de la Constitution. Il incarne l’unité nationale. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, du respect des Traités et Accords internationaux. Il veille au fonctionnement régulier des pouvoirs publics et assure la continuité de l’Etat’’. (Article 29 de la Constitution).

– ‘’La Cour Constitutionnelle est juge de la constitutionnalité des lois et elle garantit les droits fondamentaux de la personne humaine et les libertés publiques. Elle est l’organe régulateur du fonctionnement des institutions et de l’activité des Pouvoirs Publics’’. (Article 85 de la Constitution).
Alors qu’est-ce qui se passe au Mali au moment justement où depuis deux mois une incisive contestation est vent debout et réclame la démission du Président IBK ? Pour la stabilité et l’apaisement tant recherchés par tous, il faudrait écarter cette première hypothèse d’usurpation des fonctions du Président par le Premier ministre. Alors dans quoi sommes-nous ?
-Empêchement temporaire du Président ?
L’article 36 de notre Constitution dispose : ‘’lorsque le Président de la République est empêché de façon temporaire de remplir ses fonctions, ses pouvoirs sont provisoirement exercés par le Premier Ministre’’. Tout le monde a vu ces derniers temps le Président IBK au four et au moulin se démenant comme un beau diable pour trouver une issue heureuse à cette crise. Même hier, il est parvenu à convaincre les magistrats et à les faire monter à Koulouba pour apaiser la situation. Ce n’est pas au moment où la nation a besoin de son commandant en chef pour mettre en œuvre le plan de sortie de sortie de la CEDEAO que IBK se portera indisponible. Le Président IBK est là et il est opérationnel à 100% de ses capacités à ce qu’on voit et apprend.
Délégation expresse de pouvoir du Président de la République au Premier ministre ?
L’article 51 de la Constitution dispose : ‘’le Président de la République peut déléguer certains de ses pouvoirs au Premier Ministre’’. Est-ce au moment où la nation sans gouvernement depuis bientôt deux mois, brûle, que les enfants s’entredéchirent et s’entretuent que le Président IBK peut se permettre de prendre des vacances en confiant à Boubou CISSE le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ; en d’autres termes comme ce dernier a explicitement dit chargé ‘’de faire en sorte que les institutions continuent à fonctionner’’ ?
L’explication la plus intelligible et qui convienne pour apaiser la situation, c’est que le Premier ministre se soit gouré sur la base des éléments de langage et notes que sa pléiade de conseilleurs (tous vacanciers comme lui) lui ont fournis. Ces mêmes experts en tout et en rien, dont les fameux ‘’constitutionnalistes émérites’’ auxquels le Mali a droit à cette bourde inconstitutionnelle de décret d’annulation de décret de nomination de membres restants de la Cour constitutionnelle.
A connaît pas, à demander.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : INFO-MATIN

Laisser un commentaire