HOMMAGE : le Général Moussa Traoré a regagné sa dernière demeure après les honneurs de la nation

Décédé le 15 septembre 2020 (à dix jours de son 84e anniversaire), le Général Moussa Traoré repose désormais au cimetière de Hamdallaye où il été conduit le vendredi 18 septembre 2020 par une foule nombreuse après ses obsèques nationales à la Place d’armes du 34e Bataillon du Génie Militaire.

 

La nation malienne a rendu, vendredi dernier (18 septembre 2020), hommage à l’ancien président Moussa Traoré à travers une cérémonie d’obsèques nationales sur la Place d’armes du génie militaire sous la présidence du colonel Assimi Goïta, président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP).

Ayant dirigé le Mali de 1968 à 1991, le Général Moussa Traoré est décédé mardi dernier à l’âge de 84 ans (à dix jours de son 84e anniversaire). Avant d’être conduit à sa dernière demeure au cimetière de Hamdallaye, l’enfant de Sébétou (Kayes) a bénéficié de tous les honneurs dus à son rang de la part de la nation.

A son arrivée, le colonel Assimi Goïta a procédé à la signature du livre de condoléances, s’est recueilli sur la dépouille avant de s’installer à la loge officielle pour la cérémonie d’honneurs funèbres. Avant lui, plusieurs personnalités avaient sacrifié au même rite, notamment l’ancien président Amadou Toumani Touré.

Au nom des compagnons de l’illustre disparu, Djibril Diallo (ancien secrétaire politique de l’UDPM) a salué la mémoire d’un homme d’exception, un homme d’Etat, l’un des enfants les plus illustres du Mali contemporain. « Le président avait foi au génie créateur malien », a-t-il témoigné.

Au nom du président du CNSP, le général Amadou Sagafourou Gueye, Grand chancelier des ordres nationaux du Mali, a rappelé le brillant parcours du défunt chef de l’Etat.

« En bon chef militaire, en bon patriote, le président Traoré ne craignait pas la mort… Il a hélas fini par rendre les armes, le militaire pour qui abdiquer n’était pas Malien, il nous laisse orphelins… », a-t-il révélé à propos de celui qui a incarné le Mali pendant 23 ans et qui a formé tant de brillants officiers.

« Vous nous avez quitté, mais vous n’êtes pas mort, car les grands hommes ne meurent jamais. Nul n’est parfait, nous vous pardonnons et nous vous demandons votre pardon. Que Dieu vous accueille dans son paradis », a affirmé M. Abraham Sissoko, un beau-frère du défunt.

Moussa Traoré est né le 25 septembre 1936 à Sébétou (Kayes). Fils d’un ancien soldat de l’armée française, il s’engagea sous le drapeau en 1954 et a fait ses études à l’École des enfants de troupe de Kati (aujourd’hui Prytanée militaire de Kati) avant de rejoindre l’Ecole d’officiers de Fréjus en France en 1960 où il est sorti major de sa promotion.

Moussa Traoré est nommé sous-lieutenant en 1961, puis lieutenant en 1963. Il est ensuite parti au Tanganyika (l’actuelle Tanzanie) en qualité d’instructeur auprès des combattants de mouvements de libération. Il est ensuite nommé instructeur à l’École militaire interarmes (EMIA) de Kati.

Le 19 novembre 1968, Moussa Traoré participa au coup d’État qui a renversé le président socialiste Modibo Keïta et il devient président du Comité militaire de libération nationale (CMLN). C’est un soldat de formation qui devint homme d’Etat, Président de la République du Mali à partir du 19 septembre1969 jusqu’au 26 mars 1991, soit exactement 22 ans, 4 mois et 7 jours au pouvoir.

La cérémonie officielle a pris fin par un défilé militaire en l’honneur du défunt. Moussa Traoré repose désormais au cimetière de Hamdallaye. A noter que le CNSP avait aussi décrété trois jours de deuil national suite au décès de l’ancien président de la République, Chef de l’Etat !

Repose en paix Général !

Naby

Laisser un commentaire