Le Garde des sceaux, Me Mamadou Ismael Konaté lors de la clôture du dialogue national sur la justice : « Les échanges nous ont permis de comprendre qu’une justice de qualité est possible au Mali »

haut conseil islamique Me Konaté tribunal de la commune IV

La salle de conférence du ministère de la Justice et des Droits de l’Homme a abrité, le lundi 10 octobre, la clôture de médiation du dialogue national pour une justice de qualité. La cérémonie était présidée par le ministre de tutelle, Me Mamadou Ismael Konaté, en présence du président de la commission nationale, Moussa Diakité.

Ce dernier, dans son intervention, s’est réjoui de la tenue de ce dialogue national sur la Justice. Selon lui, par la vertu du dialogue et de la concertation, d’analyse approfondie, de critiques sévères et d’évaluation sans complaisance, des propositions de solutions ont été formulées.

Et de poursuivre que ces propositions sont aptes à dégager l’horizon de la justice qui apparaît assombri et bouché par l’accumulation de problèmes de tous ordres, de blocages organisationnels, de contre-performances et surtout de tensions sociales sur fond de frustrations et d’injustice.

Il ajoutera que la justice malienne avec ses magistrats et ses autres travailleurs se trouve depuis trois décennies dans une situation de précarité qui, faute de solutions urgentes et pérennes, peut conduire à une catastrophe nationale.

« Cette situation histoire, loin d’être anecdotique, revêt la valeur d’une parabole. La déconfiture du système juridique détruit les fondements de la société en provoquant la perte de repères identitaires et la foi unitaire en Dieu.

Elle nourrit également l’incivisme qui entraîne l’inversion des valeurs, instaure le déni de justice avec l’impunité, la négation des droits et des obligations du citoyen, le rejet des règles démocratiques, le règne de la corruption, du plus fort et du plus riche », a-t-il précisé.

« Avec sans une justice équitable, nous assistons à l’effritement de l’autorité de l’État qui devient de plus en plus inconsistant en provoquant la récession économique avec la fuite des capitaux et des investisseurs. L’importance exceptionnelle des enjeux et la multitude des défis pressants du système judiciaire, font que la justice à un prix que nul gouvernant ne saurait ignorer », a-t-il laissé entendre.

À sa suite, le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Me Mamadou Ismael Konaté le dialogue national a été tenu afin d’appréhender la problématique de la justice malienne. Selon lui, c’est également un meilleur moyen de mettre en perspective la justice.

Car, dit-il, sans une justice équitable aucune société ou civilisation ne peut exister. Avant de rappeler l’engagement du président IBK en faveur d’une justice. « Ces mesures doivent être à la hauteur des moyens de l’État.

Les trois mois d’échanges nous ont permis de comprendre qu’une justice de qualité est possible au Mali », a-t-il précisé. Il a rassuré de l’accompagnement sans faille de son département pour l’unification des syndicats de la justice.

Il convient de noter que la signature de l’accord de création d’une union nationale des syndicats des magistrats, des greffiers et secrétaire des greffes et parquets et des travailleurs de la justice a mis fin à la cérémonie de clôture du dialogue national sur la justice.

Mama PAGA

Source: Le Pays

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.