Finale de la coupe du Mali : L’USFAS POUR MARQUER L’HISTOIRE

Après avoir perdu deux finales, face respectivement au Djoliba (1993) et au Stade malien (1995), l’équipe militaire ne jure que par la victoire pour cette troisième tentative. Mais les Onze Créateurs l’entendront-ils de cette oreille ?

Qui de Boubacar Samassékou ou d’Ibrahima Diabaté recevra, ce samedi, au stade Modibo Keïta, le trophée de la coupe du Mali des mains du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta ? Bien malin est celui qui pourra répondre à cette question. Les Onze Créateurs et l’USFAS peuvent prétendre chacun au prestigieux trophée et il est bien difficile d’attribuer le statut de favori à l’une ou l’autre équipe. Ce qui est sûr, les deux équipes aborderont la finale avec une grande détermination et il faut simplement espérer que l’enjeu ne tuera pas le jeu.
D’un côté, l’USFAS ambitionne d’inscrire son nom au palmarès de la compétition pour la première fois de son histoire, et de l’autre, les Onze Créateurs rêvent de remporter leur deuxième trophée de Dame coupe. C’est la première fois que les deux formations se retrouvent à ce niveau de la compétition et l’on note que l’USFAS a déjà perdu deux finales contre le Djoliba (1993) et le Stade malien (1995), tout comme les Onze Créateurs (2012 face à l’US Bougouni et 2015 contre le Stade malien).
Mais ces statistiques appartiennent désormais au passé et seul le vainqueur de cette 56è édition de Dame coupe restera dans l’histoire. Depuis plusieurs années, l’USFAS et les Onze Créateurs boxent dans la même catégorie et se contentent le plus souvent de strapontins en championnat. Aussi, les deux formations évoluent à l’ombre des deux cadors du football national, le Stade malien et le Djoliba, même si, comme indiqué plus haut, l’équipe de Niaréla a déjà goûté au bonheur de brandir le trophée de la coupe du Mali.
C’était en 2014 contre le Djoliba et le moins que l’on puisse dire est que les joueurs de Niaréla peuvent se targuer d’être aujourd’hui les plus réguliers en coupe du Mali (quatre finales en cinq ans). Mais cette régularité suffira-t-elle pour venir à bout de l’USFAS ? Pour l’entraîneur adjoint des Onze Créateurs, la réponse est non et Demba Traoré s’attend à un match difficile. «Ce sera un match difficile, voire compliqué parce que c’est un adversaire qu’on a joué en matches amicaux, prévient le technicien. Sur deux ans, nous avons joué pas moins de 13 matches amicaux. On se connaît suffisamment et il s’agit d’un match de coupe. Pour moi, c’est du 50/50», ajoute Demba Traoré. «C’est vrai que l’équipe manque de percussion devant mais on a beaucoup travaillé sur les situations standard qui peuvent nous permettre de faire la différence», conclura le technicien.
Ce sera la quatrième finale pour les Onze Créateurs en cinq ans. L’équipe de Niaréla a perdu sa première finale en 2012 face à l’US Bougouni (2-1) avant de monter sur la plus haute marche du podium en 2014 après avoir battu 1-0 le Djoliba. L’année suivante, c’est-à-dire, en 2015, les Créateurs ont chuté 2-1 contre le Stade malien.
Depuis 2012, les Onze Créateurs effectuent un sacré travail et l’équipe est aujourd’hui l’une des meilleures formations de notre pays. Finaliste de dame coupe l’année dernière et vice-championne, la formation de Niaréla monte en puissance au fil des années. Pour accéder à la finale, elle a dominé successivement le Stade malien de Sikasso (4-0 en 16è de finale), le CSD (1-0 en 8è de finale), le Réal (1-0 en quart) et le Djoliba (0-0, 3-1 t.a.b.) en demi-finale.
L’USFAS elle, va disputer ce samedi, la troisième finale de coupe du Mali de son histoire. En 1993 et 1995, les militaire ont perdu, respectivement contre le Djoliba (4-0, match interrompu à cause des incidents) et le Stade malien (1-0). La troisième fois sera-t-elle la bonne pour les USFASiens ? «Je suis en mission commandée au sein de l’armée. Nous jouons ce match pour les soldats qui sont tombés sur le champ de l’honneur.
Mes joueurs essaieront de faire honneur à leurs compagnons d’armes qui sont tombés sur le champ de l’honneur et à leurs familles», répondra l’entraîneur de l’USFAS, Bréhima Diallo. «On n’a pas fait une préparation spéciale. Nous sommes presque à la fin de la saison, c’est le programme annuel qui continue.
On va simplement retravailler la tactique par rapport à l’adversaire», indiquera le technicien. Visiblement confiant, Bréhima Diallo promet du spectacle pour cette finale inédite. «Mes joueurs ont la tête sur les épaules, ils sont motivés tout comme les dirigeants. On jouera pour gagner. L’équipe est au complet, elle va montrer un visage meilleur à celui de la demi-finale», conclura le technicien.
Pour se hisser en finale, l’USFAS s’est débarrassée successivement du Sigui (2-0 en 16è de finale), de L.C.BA. (1-0, en 8è de finale), du Nianan (1-0 a.p. en quart de finale) et de l’AS Police (0-0, 3-2 t.a.b. en demi-finale).

L. M. DIABY

Samedi 13 août au stade Modibo Keïta
17h : Onze Créateurs-USFAS
Arbitre : Gaoussou Kané assisté de Nouhoum Bamba et Boubacar Kinta.

 

Source: Essor

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.