Les Etats-Unis exigent que le gouvernement malien mette fin à tous liens à la fois publics et privés avec le Gatia

L’information a été donnée ce matin par l’ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Paul Folmsbee, qui avait convié les journalistes aujourd’hui chez lui. Le diplomate américain, qui tenait cette rencontre une semaine après l’Assemblée générale annuelle des Nations Unies, a d’abord souligné l’importance que son pays accorde au partenariat avec le Mali, son engagement pour un Mali sûr, prospère et démocratique.

L’ambassadeur a rappelé qu’au cours de cette Assemblée générale des Nations Unies, il y a une réunion ministérielle Onusienne, au cours de laquelle le gouvernement américain a livré un message très clair. Ce sont les principaux points de ce message que le diplomate a tenu à rappeler aux journalistes invités. « Le premier point qui est aussi le point le plus vital de la position des Etats-Unis est que le gouvernement du Mali doit assumer une plus grande responsabilité pour la mise en œuvre du processus de paix.L’Accord de paix exige que certaines mesures de base de renforcement de la confiance soient prises immédiatement, y compris des patrouilles mixtes composées des éléments de l’armée malienne et des groupes signataires. Le gouvernement malien doit aller au-delà de l’adoption de lois et de mise en place de commissions, et se concentrer sur l’extension de son autorité sur l’ensemble du territoire du Mali. Le gouvernement malien doit également mettre fin à tous liens à la fois publics et privés avec le Gatia, un groupe de milice armée qui ne contribue pas à ramener la paix dans le Nord du Mali », explique l’ambassadeur.
Le diplomate américain de préciser encore que son pays exige qu’en plus du Gatia, tous les groupes armés du Mali doivent être en conformité avec leurs obligations sur l’Accord de paix.

« Le comportement belliciste continu des groupes armés rapproche encore plus le Nord du Mali du combat ouvert, menaçant la vie de civils innocents. Un tel comportement doit cesser si nous voulons avoir la paix ». Pour les Etats-Unis d’Amérique, les représentants des groupes armés devraient également savoir que s’associer continuellement avec les acteurs terroristes, c’est courir le risque d’entrainer des sanctions internationales.

« Le non-contrôle du trafic de drogue par les groupes armés et leurs associés continue de contribuer à l’insécurité. Le trafic de drogues menace la sécurité du Mali puisque les terroristes et d’autres financent leurs opérations avec des produits mal acquis. Seuls les voyous et les criminels profitent de l’insécurité actuelle alors que les civils en payent le prix. Le gouvernement malien et le peuple malien ne peuvent pas et ne doivent pas accepter un tel comportement. Il doit cesser », a souligné Paul Folmsbee. L’ambassadeur américain d’ajouter que ce message de fermeté ne concerne pas que le Gatia. « Tous les actes de violence doivent cesser. C’est notre message à tous les groupes armés : Gatia, HCUA, MNLA, Plateforme, CMA ».

Le diplomate a ajouté que le gouvernement malien doit être à Kidal et que cela relève d’une question de souveraineté. Mais il s’empresse d’ajouter qu’il n’existe pas une solution de guerre au Nord du Mali. Cette approche a fait 50 ans sans succès, indique-t-il.

« Maintenant, il y a des possibilités de faire quelque chose pour la paix. Pourquoi il n’y a pas de MOC, de patrouilles mixtes, d’autorités intérimaires ? Nous croyons que c’est seulement dans un environnement de paix et de sécurité que le Mali peut atteindre son plein potentiel et commencer à faire des progrès dans la lutte contre les nombreux défis auxquels sont confrontés le pays et ses 15 millions de citoyens dont la majorité est âgée de moins de 25 ans. Les Etats-Unis restent un partenaire engagé aux côtés du Mali. Depuis 2013, le gouvernement américain a pris des engagements de plus de 1 milliard de dollars pour aider le Mali (assistance à la sécurité, aux soins de santé, à l’éducation, au développement des affaires et à la promotion de la culture malienne). Toutefois, cette aide ne peut être un succès sans un effort engagé du gouvernement malien pour faire avancer le processus de paix. Malgré les défis auxquels le Mali fait face aujourd’hui, nous restons convaincus que la paix est possible. Le peuple du Mali, de Kayes à Kidal, mérite de vivre dans la paix et la sécurité et, en tant qu’ambassadeur des Etats-Unis au Mali, je réaffirme le soutien total de mon pays au Mali et à la mise en œuvre réussite de l’Accord de paix malien ».

La rédaction 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.