Enseignement secondaire : Préavis de grève de 72 heures

A peine la rentrée scolaire entamée, ça commence déjà à bouillir du côté de certains enseignants. Dans une correspondance datée du 10 octobre 2016 dont nous avons obtenu copie, le Bureau Exécutif National du syndicat des Professeurs de l’Enseignement Secondaire des Collectivités (BEN SYPESCO) annonce, en effet, les couleurs d’un mouvement de grève. Se fondant sur dix – sept (17) revendications, les militants sont invités à observer une grève de soixante douze (72) heures, allant du mercredi 26 octobre au vendredi 28 octobre 2016.

Référence est d’abord faite au code du travail dans notre pays, aux divers lois er décrets de modification du statut particulier du personnel enseignant du secondaire. Aussi, le syndicat rappelle la plateforme revendicative du 14 mars dernier, les mauvaises conditions de vie et de travail de ses militantes et militants, bref, il pointe du doigt la négligence du département de tutelle dans le traitement des différents points de revendications.

Des revendications qui s’articulent entre autres autour de ” l’intégration de tous les enseignants des Collectivités dans la Fonction Publique de l’Etat, ” l’alignement des salaires du personnel enseignant des Collectivités de l’Enseignement secondaire sur ceux de la sous – région par une bonification d’indice “, ” la régularisation de la situation administrative et financière des sortants de l’Ensup (nouvelle formule) au même titre que ceux de l’ENI et de l’IPR – IFRA ” ; ” l’amélioration du statut particulier du personnel enseignant de l’Enseignement secondaire et l’adoption d’un plan de carrière.

Le SYPESCO réclame en outre la ” relecture des décisions de hiérarchisation sorties à partir de 2015 et l’avancement automatique de tous les enseignants des Collectivités de l’enseignement secondaire “, la ” revue à la hausse des primes de hiérarchisation : 75.000 F CFA pour les professeurs titulaires et 100.000 F CFA pour les professeurs principaux de l’enseignement secondaire des collectivités “, la formation continue et l’octroi à tous les professeurs de l’enseignement secondaire des collectivités des primes de documentation et de recherche (150.000 F CFA par mois. ”

Les autres points de revendication sont par la suite : ” L’application effective du Décret 001- PRM du 15 janvier 2015 fixant les conditions et les modalités d’octroi d’indemnité et de déplacement ;

– L’arrêt immédiat de la relecture de l’Arrêté 3282 du 11 août 2011 ;

– La sécurisation des enseignants des collectivités de l’Enseignement secondaire servant dans les zones d’insécurité ;

– La participation des professeurs de cours des IFM à l’encadrement du stage de recyclage des élèves – maîtres en fin de cycle ;

– L’adoption des ateliers et des laboratoires de l’Enseignement secondaire général normal, technique et professionnel en matériels adéquats ;

– La dotation des enseignants des collectivités de l’Enseignement secondaire d’une carte professionnelle ;

– Le paiement intégral de tous les arriérés et la signature de tous les Arrêtés d’avancement et de Décisions de hiérarchisation ;

– L’indemnisation de tous les enseignants des collectivités de l’Enseignement secondaire victimes de la Crise de 2012 ;

– Le paiement intégral des frais de retour (250.000 F CFA) accordés aux travailleurs des régions nord ” du pays.

Au total, ce sont donc dix – sept (17) points de revendications soumis à l’application des autorités. Une commission de conciliation devrait incessamment jouer les bons offices.

En cas de non satisfaction, le SYPESCO se propose d’envoyer ses militants à une grève de 72 heures, allant du mercredi 26 octobre au vendredi 28 octobre 2016. Dans le pire des cas, l’on devrait assister à la ” non – évaluation ” à partir d 31 octobre 2016. De la patate chaude en perspective dans les mains des autorités, à peine la rentrée scolaire entamée.

B. Koné

Source: Le Malien

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.