Enquête sur les crimes et graves violations des Droits de l’Homme à Kidal : La commission d’enquête internationale dépose ses valises

La  Commission d’enquête internationale a déposé, le jeudi 28 février dernier, ses valises à Kidal où elle procédera à des enquêtes qui permettront de faire   la lumière sur tous les crimes de guerre, les crimes contre l’Humanité, les crimes de génocide, les crimes sexuels et les autres violations graves du Droit international, des Droits de l’Homme et du Droit international humanitaire, conformément à l’Article 46 de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale au Mali, issu du processus d’Alger.

Composée de  trois (3) commissaires de la Commission d’Enquête Internationale (CEI) nommés par le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, en janvier 2018, la Délégation était conduite par sa Présidente de la Commission en compagnie des membres de son staff technique permanent à Bamako et du Chef du Bureau nommé par le Gouvernement du Mali pour servir de point focal à la Commission dans le cadre de ses enquêtes sur des personnes et/ou des institutions de l’État susceptibles d’avoir commis des crimes et violations graves des Droits de l’Homme.

Les séances de  prise de contact avec les couches sociales et administratives de la 8e  Région avec les  commissaires pour l’explication du mandat de la commission, de sa méthode de travail, mais également de l’annonce de l’ouverture d’enquêtes par les 14 Experts internationaux déjà fixés dans le pays a eu lieu en la présence du Colonel Hassane Ag Fagaga, Président par intérim de la CMA et d’une quarantaine de Hauts Responsables et Dignitaires, leaders politiques, coutumiers, religieux, de la société civile, des femmes et des jeunes de la Région de Kidal. Aux dires du Directeur de cette séance de prise de contact, Attaye Ag Mohamed, des assurances ont été données quant à la prise en compte de la globalité des événements historiques et de leurs liens dans le contexte et les recommandations du Rapport qui sera remis au Secrétaire Général de l’ONU en octobre prochain. Les antennes de la CEI seront opérationnelles à Kidal et partout où cela sera nécessaire dans le cadre de son mandat.

La question est de savoir maintenant si toutefois cette mission onusienne sera déployée dans les Régions du Centre principalement à Mopti qui est devenue, depuis quelques années, l’épicentre des crimes et toutes sortes de violations des Droits humains …

Seydou Konaté : LE COMBAT

Laisser un commentaire