Enjeux sécuritaires au nord du Mali et au Sahel : Soumeylou Boubèye Maïga assaine ses vérités sans détour

Résolution de la Crise au centre du Mali Boubeye à propos de la Coalition pour le changement la CMA processus électoral plan de sécurisation Premier ministre du Mali

Soumeylou Boubèye Maiga, ancien ministre et ex-patron des renseignements maliens est de nos jours l’une des expertises les plus affinées sur les questions de sécurité dans le Sahel. Pendant plus d’une heure de temps, il a pour la première fois entretenu les journalistes maliens sur la question.

Pour SBM, le Mali a les moyens de sortir de cette crise à condition d’un consensus national mais aussi d’opérer des changements stratégiques nationaux et une mutualisation des moyens entre voisins. Alors le conférencier du jour a décortiqué son sujet avec des arguments qui ont convaincu les derniers sceptiques de l’existence d’une expertise nationale malheureusement peu utilisée par le pays.

A l’entame de son projet, SBM insiste sur l’impératif de consensus national pour accompagner l’accord pour la paix au Mali, car pour lui le vocabulaire est important en ce sens que l’accord pour la paix suppose un document avec de nombreux points d’interprétations et de discussion pour aboutir à la paix. C’est pourquoi pour lui, il est crucial que dans la mise en œuvre de l’accord que l’on redimensionne les différents points dans un consensus national qui va garantir une mise en application qui n’engendre pas d’autres préoccupations dans le pays.

Surtout que l’environnement international et le contexte diplomatique sont très favorables, car tous les grands pays du monde accompagnent le Mali dans cet accord. Entre temps, il faut comprendre que la zone du Sahel a des enjeux  géopolitiques importants avec en silence les importantes questions de drogues, de trafic d’armes, de cigarettes de prise d’otage, d’islam politique, de ressources naturelles…

Il est important pour notre pays de comprendre les convoitises, de se protéger tout en tenant compte de l’existence des autres pays dans le cadre d’équilibre stratégique dans les relations internationales. Le renforcement de la gouvernance locale est le premier passage obligatoire pour que les populations qui ont de plus en plus d’exigence dans ce domaine participent à la chose publique.

Cependant à ce niveau toute la vigilance de l’Etat est requise pour ne pas créer de la frustration dans les communautés et donner l’impression que certaines communautés sont privilégiées que d’autres, c’est l’autre vrai danger qui guette notre pays et le processus de paix. Il s’agit alors d’accroitre l’utilité sociale de l’Etat et de donner un socle institutionnel à la diversité territoriale du pays.

Pour SBM, la situation est telle qu’il y a un vrai risque d’éthérisation de notre pays, c’est pourquoi il est impératif de privilégier le territoire aux communautés. Les réponses les plus justes pour notre nation se trouvent dans un débat national qui, devant toutes les communautés, va trouver des solutions aux préoccupations dans une situation de résolution définitive des problèmes identitaires.

Car si l’on n’y prend pas garde, les reformes administratives actuelles vont créer des frustrations pour ce qui est de la représentativité des communautés au sein des pouvoirs centraux. Il s’agit alors que les bases démocratiques soient uniformes et trouver des mécanismes pour une représentativité conséquente des minorités, mais dans cet exercice les minorités ne doivent pas être des privilégiés à qui l’on accorde tout, car il y a un risque de déplacer les problèmes.

Pour SBM, la nature de la menace est telle qu’il faut impérativement mutualiser les efforts et les moyens pour contrer le terrorisme. Mais cela suppose que chacun des éléments soit assez fort, il s’agit pour chacun des pays de renforcer son propre arsenal avant la mutualisation. Par ailleurs pour ce qui est de l’application de l’accord, il s’agit d’arrêter un agenda formel, pour sortir des petits arrangements et avancer.

L’autre volet important de la mise en application est aussi la prise en charge de la jeunesse qui est plus qu’un élément du dispositif. En outre la prise en charge des éléments endogènes est l’autre réalité qui n’est pas prise à sa réelle dimension, ce qui fausse quelque peu les données qui aussi contribuent à la refondation de l’Etat, qui est l’autre passage obligée pour une solution pérenne dans le nord de notre pays.

Cependant, l’ancien ministre pense qu’il n’y a pas d’alternative à l’accord pour la paix dans notre pays, il s’agit simplement d’ajuster certains paramètres pour que le processus soit un creuset pour une paix ancrée qui a l’adhésion de tous, c’est tout l’enjeu du consensus national.

A la question d’un journaliste : est-ce que vos compétences sont suffisamment utilisées par l’Etat du Mali, M. Maïga répond :  » pas suffisamment « . Pourtant à l’international SBM est de nos jours l’une des expertises les plus sollicitées sur les questions de sécurité dans la bande sahélo-sahélienne.

Youba KONATE

Source: Zénith Balé

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.