En un mot : Echec

L’espoir suscité par la médiation menée par le Groupement des leaders religieux dans la crise entre les syndicats des magistrats et l’Etat s’est estompé. Avec le dernier rebondissement dans l’affaire, on peut dire que cette médiation a échoué.

Un échec qui trouve sûrement son explication dans la crise qui prévaut également dans les milieux religieux. Le Groupement des leaders religieux, conduit par le guide d’Ansardine Cheick Chérif Ousmane Madani Haïdara, est une scission du Haut conseil islamique (HCI-Mali), dirigé par l’imam Mahmoud Dicko. Dès lors, il était permis de douter du succès d’une telle médiation.

Depuis quelques jours, chacune des deux parties durcit le ton. Pour punir les grévistes, le gouvernement commence par prélever sur leurs salaires. Depuis le mardi, dans un communiqué, l’exécutif annonce la décision de réquisitionner des magistrats. L’idée est d’assurer le service minimum dans les tribunaux. Tollé au sein du  Sam et du Sylima qui refusent de reprendre le travail. Une boite de pandores n’est pas loin de s’ouvrir.

DAK

SourceL’Indicateur du Renouveau

Laisser un commentaire