‘‘Départ anticipé d’IBK’’: le Non, mais des religieux et OSC

Mordicantes, mais courtoises, les Forces vives représentées par le HCIM, l’Eglise catholique, les Églises protestantes, l’UNTM, la CAFO, l’UNAFEM ne font pas dans la dentelle dans leur diagnostic de la situation nationale et en situant les responsabilités dans la faillite de la gouvernance. La catilinaire égrappe une ribambelle de problèmes en chaîne. Conformément à leur engagement de contribuer à l’apaisement du climat sociopolitique et à la recherche de solutions aux problèmes majeurs auxquels le Mali est confronté, à travers un Cadre d’action de médiation et de veille des confessions religieuses et des organisations de la société civile, prodigue ses recettes. Lisez les résolutions lues par le secrétaire général du HCIM, le Dr Mamadou DIAMOUTANI, à l’issue d’un point de presse organisée hier au siège du Haut Conseil Islamique du Mali

Déclaration du cadre d’actions, de médiation et de veille des conféssions religieuses et des organisations de la société civile au Mali

Face à la dégradation de la situation socio-politique que traverse noire pays, particulièrement depuis l’organisation des dernières élections législatives, Nous. Confessions religieuses et organisation de la société civile, avons décidé de réunir nos forces au sein d’un cadre dénommé « Cadre d’action, de Médiation et de veille des confessions Religieuses et des organisations de la Société civile » avec comme objectif de contribuer à l’apaisement du climat socio-politique et à la recherche de solutions durables aux problèmes majeurs auxquels le Mali est confronté.
Après une analyse objective de la situation à la lumière de la douloureuse expérience des événements de 2012 dont le pays subit encore les conséquences néfastes, sur les plans socio-économique, culturel et de gouvernance. Nous Confessions religieuses et Organisations de la Société civile :

1. Dénonçons avec force, la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, la persistance de la crise scolaire, la mauvaise gouvernance, la mauvaise distribution de la justice, les problèmes de santé, amplifiés par la crise du covid-19 et la mauvaise gestion des dernières élections législatives.
2. Appelons les autorités et l’ensemble des acteurs la retenue, à leur foi religieuse et à leur sens élevé de patriotisme, pour sauver le pays du chaos et du vide constitutionnel.
3. Demandons à tous les acteurs, leurs engagements dans la recherche de solutions définitives de sortie de crise tout en préservant la légalité constitutionnelle, notamment la première Institution qu’est le Président de la République
4. Soutenons et appuyons toute initiative visant la stabilité du pays et l’amélioration des conditions de vie des populations.
5. Encourageons les autorités et les acteurs de tous bords à privilégier le dialogue et nos mécanismes traditionnels de gestion des crises.
6. Invitons le Président de la République à accorder plus d’attention aux revendications légitimes et aux problèmes des populations,
7. Rappelons à l’Etat son rôle régalien de satisfaire aux besoins fondamentaux des citoyens notamment la protection des personnes et de leurs biens, l’accès à l’éducation, à la santé, à l’eau potable, à l’énergie, a la justice, au logement.
8. Demandons aux autorités de prendre des mesures tendant à instaurer un climat de confiance et de transparente dans la gestion des affaires publiques, notamment la lutte contre l’impunité, l’incivisme ;
9. invitons les acteurs et l’ensemble de la population à mettre le Mali au-dessus des intérêts partisans
10 Invitons les Maliennes et Maliens à inscrire leurs actions dans le cadre du respect de la constitution ;
11. Invitons les Maliens à cultiver le sentiment d’appartenance à une même nation et le respect de nos valeurs sociétales ;

Nous Confessions religieuses et des Organisations de la société civile :» do lu Société civile

• Soucieuses de la stabilité et de la quiétude de notre patrimoine commun qu’est le Mali, vivons avec inquiétude la dégradation de la situation sociopolitique. Déjà marqué un contexte sécuritaire difficile, le climat social a pris une tournure radicale et violente avec la contestation des résultats des dernières élections législatives et la remise en cause des Institutions de la République.

• Nous nous engageons davantage à jouer toute notre partition dans la recherche de solutions de sortie définitive de crise.

• Organiserons dans les jours à venir des pourparlers et des négociations avec les plus hautes autorités du pays et les principaux acteurs pour une sortie durable de crise et pour une recherche de solutions aux problèmes majeurs du pays.

• Invitons tous fidèles, musulmans et chrétiens à :
-faire individuellement ou collectivement, des prières et bénédictions, particulièrement lors de la prière de vendredi prochain et de la messe de dimanche prochain pour la sortie de crise et la stabilité du pays.

– la repentance, l’humilité et la crainte de Dieu le Tout Puissant.

– la patience, la tolérance et la sérénité pour l’intérêt supérieur de notre patrimoine commun, le Mali
.
– La restauration de nos valeurs morales perdues.

Qu’Allah le Tout Puissant bénisse le Mali, nous assiste et nous guide

Fait à Bamako, le 11 juin 2020
Le Cadre

Source : INFO-MATIN

Laisser un commentaire