DEF: la fuite des sujets et la guerre des tranchées

Pour avoir signé un communiqué rendu public sous l’ordre de sa hiérarchie niant une réalité que les Bamakois ont vécu trois jours durant en temps réel, le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale est depuis quelques heures dans le collimateur des internautes. Alors que les internautes dénoncent une fraude massive, à travers des fuites organisées des sujets d’examen du DEF, le ministère dans son communiqué évoque un sabotage et complot. Dans les deux cas, les sujets corrigés des épreuves du DEF ont été largement partagés sur des groupes WhatsApp. Les uns estiment que le secrétaire général veut nier une évidence, d’autres pensent qu’il n’a fait qu’exécuter un ordre de sa hiérarchie. Mais là, est loin d’être le font de la question. Y a-t-il eu oui ou non fuite des sujets du DEF ? Beaucoup pensent que le communiqué du ministère de l’Éducation nationale est laconique. Lisez plutôt votre Facebookan du jour !

Mohamed Ag Assory : Kinane Ag Gadeda essuie des attaques de la part de certains internautes pour avoir signé un communiqué P/O du ministre. Je ne connais ni les tenants ni les aboutissants de cette affaire d’examens. Mais dans la forme, le SG n’a fait que son travail en exécutant un ordre de son ministre ! En règle administrative générale, la signature par ordre « permet de signer un document, en indiquant que la personne qui l’a signé n’est pas la personne qui a normalement le pouvoir de signature : le rédacteur a donc signé le document sur ordre de la personne ayant ledit pouvoir. Le document a alors la « valeur » d’un document signé par la personne ayant le pouvoir de signature ». Donc celui qui signe n’endosse en rien la responsabilité du document, elle incombe à la hiérarchie. Sans chercher à comprendre, beaucoup écrivent sans rien comprendre, certains se jettent sur le pauvre SG pour un acte posé au nom du ministre. C’est ça aussi le Mali, quand on n’aime pas ta tête, tu es accusé de tous les péchés d’Israël ! Allez régler vos comptes ailleurs, mais pas sur ce communiqué-ci qui engage jusqu’à preuve du contraire le ministre de l’Éducation !
Boubacar Koumare : Heyyyyyyy, attention, je ne dis pas le contraire. Administrativement c’est le ministre qui assure la responsabilité, mais ce SG aussi aime les sorties médiatiques arrogantes. Il n’est pas à sa première fois et pour qui sait comment fonctionne notre Administration …

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare, ha ha, moi je suis dans la forme seulement ! Jusqu’à preuve du contraire, ce communiqué engage le ministre ! …

Boubacar Koumare : Mohamed Ag Assory, car le SG s’est montré spécialiste des buzz de ce genre. ‘’Ason kôrô do’’.

Mohamed Ag Assory : Boubacar Koumare, bon je reste dans les procédures administratives, le reste là ‘’a yé do were fo !’’

Youssouf Sanogo : Boubacar Koumare, je valide, ce n’est pas une première. Je ne sais pas pourquoi il veut faire l’avocat du diable.

Bassirou Sanogo : Mohamed Ag Assory, parce ce qu’il ne changera jamais.

Mohamed Ag Assory : Malick Konate, je te donne gratis un cours de procédures administratives.

Tchiathel Ziman Toure : Prof, sur ce point, je ne suis pas d’accord avec vous. Bien sûr, si vous n’êtes pas allergique aux critiques et aux avis contraires aux vôtres comme certains analystes pacotilles de haut niveau, du moment où la personne accepte de signer un document sous la forme P/o, cette dernière est entièrement responsable dudit document, comme certains ont eu à le dire dans leurs interventions, personne ne signe par «ordre» (p/o) un document qu’elle sait en amont les conséquences administratives, juridiques et autres. Quant à la réaction des internautes, c’est une autre histoire, car internet a permis même aux sourds muets et aux plus timides de s’exprimer comme des perroquets.

Mohamed Ag Assory : Tchiathel Ziman Toure, il ne s’agit pas d’une opinion ! Il s’agit des règles générales de l’administration publique !

Maya Ouattara : c’est un fait que le grand public ignore. Le ministre est la tête politique du département. La réalité est que ce sont ces cadres compétents qui font tourner la machine administrative. La preuve, les services de l’administration ont continué pendant après le coup d’État.

Kone Boubacar : Maya Ouattara, mais une fois le ministre nommé, il doit au moins signer les documents importants qui engagent le département.

Maya Ouattara : Kone Boubacar, le ministre après avoir pris fonction, endosse de fait la responsabilité politique de tous les documents administratifs qui sortent de son département. Les actes posés par les SG se font sous l’autorité du ministre.

Kone Boubacar : Maya Ouattara, en prenant ses fonctions, le ministre est surtout responsable de droit et non de fait. Donc, toute décision importante concernant le département l’engage et doit être authentifiée par sa signature. Il n’y a pas de faux fuyants dans l’administration.

Kone Boubacar : Maya Ouattara, je crois que tu mélanges l’administration et la politique ici, car il n’y a aucune responsabilité politique dans ce cas précis. C’est un acte purement administratif dans notre cas.

Kone Boubacar : Maya Ouattara, de toutes les façons, il y a autre chose derrière cette question. En réalité, il y a un compte entre Kinane et les enseignants, voilà la vérité.

Aligui Yattara : ce qu’on lui reproche ici c’est qu’il connaît le contenu et l’état de préparation plus que le ministre. En tant que conseiller principal et technique du ministre. Il aurait pu lui déconseiller une telle humiliation.

Bady Diallo : est-ce la signature qu’on fustige ? C’est le contenu et le fait d’accuser les autres à sa place qui est inaccessible et inadmissible. Au ministre et à son Segal, qu’ils fassent leur boulot de sécurisation des sujets.

Mohamed Lawal : pour ordre (ou par ordre), souvent abrégé avec le sigle « p.o. », parfois écrit « P/O » ou « po », est une indication apposée à côté de la signature d’un document.

Hamady Traoré : merci beaucoup Assory, que c’est parce que le SG a signé, les méchants se lèvent partout pour lui dénigrer. Ils veulent abattre coûte que coûte le SG. MALIEN.

Toumani Fadjine Koné : mon frère, si la signature est hiérarchique, saches que la responsabilité d’un document signé proportionnellement hiérarchique. S’il l’a signalé ce qu’il est d’accord avec. Il est en partie responsable de cette missive qui est un acte irréfléchi.

Ayou Toure : c’est un communiqué et tous les communiqués sont rédigés et signés par les Secrétaires Généraux de Ministres. La responsabilité lui incombe une fois qu’il appose sa signature là-dessus.

Ibrahima Sory Diabakaté : le SG a agi sous les ordres de son ministre eu égard au communiqué pondu signé par Kinane certes, mais par ordre du boss.

Mohamed Ag Assory : Ibrahima Sory Diabakaté, je suis dans la forme ! Sinon, le fond est à mourir de rire !

Ibrahima Sory Diabakaté : Mohamed Ag Assory, sur le fond, on est en phase.

Momo Kone : aucun ministre de la transition n’est encore opérationnel et ils sont tous obligés de faire confiance à la continuité avant de prendre leur marque. Allez-y savoir. Ne remettons pas tout à la question de «tête» et ne défendons pas l’indéfendable.

Adam’s Coulibaly : je crois que le segal a raison, mais à partir de vos explications vous êtes passés à côté, car le segal reste le seul responsable de la signature d’un document administratif même si c’est sur ordre…Il peut refuser et c’est dans ces prérogatives

Source : INFO-MATIN

Laisser un commentaire