Décrispation politique : IBK à la recherche de l’impossible modus vivendi

marche foule manifestation contre revision constitutionnelle referendum

Selon Emmanuel Macron à la fin du sommet du G5 Sahel à Nouakchott le 30 juin dernier, le président Keïta est déterminé. Parole lourde de sens que l’on suit à travers les évènements depuis.

Ibrahim Boubacar Keïta multiplie les rencontres, mais le moindre indice d’une possible sortie de crise ne profile pas encore à l’horizon. La dernière en date, en tout cas celle médiatisée par la présidence de la République, s’est tenue le mardi passé, 07 juillet. À la demande d’IBK, les députés élus par le peuple lors des dernières élections législatives mais disqualifiés et lésés par la Cour constitutionnelle, une bonne trentaine, se sont présentés devant lui. Comme l’imam Mahmoud Dicko et les responsables du M5-RFP, les parlementaires victimes de coup de Jarnac du président de la République sont ainsi venus à KouroukanFouga avec un esprit fair-play. Ils se verront malheureusement trichés pour la deuxième fois par Soundjata Keïta de céans.

Avec un air débonnaire, IBK propose à ses visiteurs contre le tort qui leur a été fait par une “nomination” toute impériale dans le futur Sénat. Pour les citoyens appelés, ce n’est pas là une proposition digne de celui qui incarne la plus haute charge de l’État, c’est un appel à petits arrangements contre les principes démocratiques, voire un ignoble chantage impossible à admettre. Le Sénat, s’il doit un jour exister au Mali, ne sera autre chose qu’une Assemblée délibérante comme elle l’a été,  hier, à Rome et à Venise, et comme elle est aujourd’hui en France. On ne peut donc y accéder que par une élection, en tout cas tant que l’État malien gardera sa forme républicaine, ce sur quoi Ibrahim Boubacar Keïta s’est engagé en prêtant serment devant le peuple malien et Dieu, conformément à la prescription de la constitution du 25 février 1992. Il y a là un parjure qui ne peut être nié. IBK veut nommer d’avance des “élus” dans une institution qui n’est pas encore née comme s’il pouvait vendre la peau de l’ours que nous sommes, nous peuple du Mali, avant même de nous avoir abattus. Ne parle-t-on pas déjà de chars français venant de la Côte d’Ivoire pour rallier le Boulevard de l’indépendance de Bamako demain vendredi ?

Mais, de façon indirecte et sans nuages, IBK notifie qu’il se tient bien dans son agenda d’organisation d’un futur référendum constitutionnel qui accouchera du Sénat projeté, lui-même voie royale pour consacrer la partition du Mali. Dans cette lancée, il balaie d’un revers de main, comme il a malicieusement récusé le Mémorandum du M5-RFP, toutes les propositions de solutions de crise formulées par la communauté internationale : pas question pour lui de dissoudre l’Assemblée, il n’est pas non plus d’actualité de tenir de foutues partielles partout où les résultats des dernières législatives ont été renversés par la Cour constitutionnelle. Et, à propos de cette institution, balafre saillante sur le visage de la démocratie malienne, eh bien, “Manassa Dagnoko et la Cour constitutionnelle ont abattu un excellent boulot”. En disant que “Le président Keïta est déterminé “, Emmanuel Macron veut peut-être dire qu’il va pousser le déni jusqu’au bout, ou peut-être que, cette fois-ci, de retour à Bamako, il va régler tous les problèmes avec une vraie carrure d’homme d’État. Pour le moment, ce qui est constatable, c’est l’impossible modus vivendi.

IBK ne sait plus où donner de la tête, commente un intellectuel désemparé par la désinvolture du Président. Mais les députés déchus ont mieux exprimé leur désarroi. À l’issue de la fameuse audience, l’imam Oumarou Diarra dit son ressenti :  “Les députés élus par le peuple et spoliés par la Cour constitutionnelle ont rejeté la proposition d’être nommés sénateurs. Nos électeurs nous ont donné un mandat pour être à l’Assemblée nationale et non ailleurs.” Quant à Diakaridia Diakité, il complète : “Nous avons été reçus par le Président de la République, IBK, ce jour, 07 juillet 2020. Il nous a proposé, en contrepartie de nos sièges à l’Assemblée nationale, des postes au futur SÉNAT. Nous avons refusé en bloc cette offre présidentielle par respect aux milliers de Maliens qui ont voté pour nous. Nous luttons pour des principes et non pour des privilèges. Je ne trahirai jamais les citoyens de la Commune I qui ont voté pour moi et mon colistier Ousmane SANGARE”.

Pour ces raisons, le patriote intransigeant algérien, Hocine Aït Ahmed, nous a remis un message pour IBK. Nous allons le lui remettre à Koulouba : “On ne négocie pas avec son peuple, on satisfait ses revendications légitimes.  On ne fait pas du chantage à son peuple, on lui doit du respect. On ne ment pas à son peuple, on lui doit vérité et transparence. On ne méprise pas son peuple, on l’écoute. Le peuple est la seule source du pouvoir”. Alors, Forces de sécurité du Mali, s’il vous plaît, laissez-nous passer, le message n’est pas à vous, il est destiné à IBK qui se trouve à Koulouba dont vous barrez la route.

Amadou N’Fa Diallo

Source: Journal l’Aube- Mali

Laisser un commentaire