Découpage administratif : Les populations de Bla ont marché pour dire non à la fragilisation de leur cercle

Le cercle de Bla entre dans le lot des contestataires du projet de découpage territorial du ministre Mohamed Ag Erlaf. En effet, pour s’opposer à la fragilisation de leur cercle, les populations ont, sur initiative du conseil local de la jeunesse et plusieurs organisations de la société civile, bloqué plusieurs heures durant les différentes voies d’accès à la ville.

Les ressortissants de Bla ont bloqué, pendant 7 heures, les trois principales entrées de la ville. De la sortie vers Koutiala à Ségou en passant par San, des milliers de cars des sociétés de transport et même de particuliers n’ont pas eu l’accès à la ville. Leur réclamation : l’érection de Bla en région.

Dans sa déclaration,  le président du conseil local de la jeunesse du cercle de Bla, Bémin Sanogo, a dit  haut et fort qu’il n’y aura pas de redécoupage territorial sans l’érection du cercle de Bla en région. « Le conseil informe que le projet portant création des collectivités territoriales de cercles et de régions fragilise le cercle de Bla en le divisant entre deux régions : Koutiala et San », explique-t-il, avant d’ajouter : « Alors que le découpage des collectivités doit être inclusif et prendre en compte les aspirations des populations ».

Selon le président des jeunes, ce morcellement de son cercle entre la région de Koutiala et San détruira totalement le tissu économique et social que la population a battu ensemble depuis pendant 40 ans.  « Donnons-nous notre région. Cette initiative répond à la volonté de la population de Bla… », lance-t-il comme appel aux populations du cercle.

Ce qui énerve les manifestants : « De 17 communes, Bla ne se retrouvera qu’avec 9 communes. Il s’agit de Beguené, Bla, Diéna,Dougouolo, Falo, Kéméni, Niala, Tiemena, Touna. Samabogo, Somasso, et Diaramana se dirigent vers Koutiala. Alors que Yangasso, Fani, Kazangasso, Korodougou, Koulandougou vont appartenir à San ».

Ils accusent des personnalités politiques, notamment le ministre des Transports, Zoumana Mory Coulibaly, l’Honorable Harouna Traoré et ses colistiers de ne pas été plus volontaristes.

Boureima Guindo

Par Le Pays
Laisser un commentaire