Crise de la faim : Des pays africains participent à la conférence de la Fao

La pandémie de Covid-19, l’augmentation des niveaux de faim et de malnutrition, et la multiplication des invasions de criquets pèlerins: voilà les sujets clés de la 31e session de la Conférence régionale pour l’Afrique, convoquée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et qui débute aujourd’hui.

Selon un communiqué de presse de la Fao, plus de 80 ministres et vice-ministres de plus de 45 pays, ainsi que des représentants de pays observateurs, d’organisations donatrices, de la société civile et du secteur privé, y participent. Des centaines de délégués se joindront aux sessions via Zoom au cours des trois prochains jours, et de nombreux autres suivront la webdiffusion en direct.

«Le Gouvernement du Zimbabwe est heureux de soutenir et de participer à cet important forum», a déclaré le ministre des terres, de l’agriculture, de l’eau et de la réinstallation en milieu rural, Anxious Jongwe Masuka, président de la conférence dont le pays accueille l’événement. «Nous attendons avec impatience des recommandations concrètes visant à renforcer les nations après la COVID-19», a-t-il déclaré.

Le Sous-Directeur général et représentant régional de la Fao pour l’Afrique, Abebe Haile-Gabriel, a lancé un appel pour des mesures audacieuses lors de son discours d’ouverture.

«Il n’y a pas d’autres options que de collaborer et prendre des mesures audacieuses et accélérées pour faire face à ces crises qui se chevauchent et mieux reconstruire», a-t-il déclaré.

La pandémie de Covid-19 a exacerbé l’insécurité alimentaire et la malnutrition qui sévissaient déjà dans de nombreux pays africains. Selon la Fao, ces dernières années, le changement climatique, les conflits, les ralentissements économiques et les ravageurs tels que le criquet pèlerin et la chenille légionnaire  d’automne ont sapé les moyens de subsistance et précipité davantage de personnes dans la faim.

L’Afrique est la région connaissant la croissance la plus rapide du nombre de personnes souffrant de la faim, et si les tendances actuelles persistent, elle sera le continent qui comptera le plus grand nombre de personnes souffrant de la faim dans les dix prochaines années, devançant ainsi l’Asie.

Dans un article d’opinion publié avant la conférence, le directeur général de la Fao, QU Dongyu, a appelé à plus d’innovation, de solidarité, de cohérence et de partenariats au sein des pays africains et entre eux pour lutter contre la faim. La Fao estime que les donateurs et les pays partenaires touchés doivent doubler leurs investissements à partir de maintenant jusqu’en 2030 pour faire avancer les choses.

Les participants à la première journée de la Conférence ont discuté du besoin urgent de mettre en place des systèmes alimentaires et agricoles qui résistent aux crises telles que les extrêmes climatiques et les maladies et ravageurs transfrontaliers.

L’un des temps forts des prochains jours sera une session spéciale sur la mise en œuvre dans la région de l’Initiative Main dans la main de la FAO, qui réunit des partenaires de l’innovation numérique et de l’investissement pour accélérer la transformation agricole.

Avec l’Union africaine, la Fao lancera une nouvelle publication qui se penchera sur la question de la parité hommes-femmes en Afrique et son rôle dans la sécurité alimentaire.

Adou FAYE

Lejecom

Laisser un commentaire