Coronavirus: l’état du monde face à la pandémie vendredi 1er mai

La pandémie de nouveau coronavirus a désormais dépassé la barre des 230 000 morts dans le monde. La planète confinée vit un 1er-Mai inédit, sans défilés ni rassemblements. Accusée par Washington de complaisance avec la Chine, l’Organisation mondiale de la santé a demandé à être associée par Pékin aux enquêtes sur l’origine de la pandémie.

La fête du Travail, jour férié de très nombreux pays dans le monde, ne donnera lieu cette année à aucun rassemblement traditionnel. Une première dans l’Histoire. Les travailleurs ont été notamment invités à investir… balcons et réseaux sociaux.

Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), pas moins de 1,6 milliard de personnes risquent de perdre leurs moyens de subsistance en raison du confinement et de la récession historique que la pandémie provoque.

En France, le prix des masques plafonné

Le nombre de décès lié au coronavirus s’est élevé à 218 au cours des dernières 24 heures, a indiqué vendredi le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, qui a présenté des cartes de déconfinement corrigées. Les services de réanimation affichent de nouveau un solde négatif de 144 patients par rapport à la veille, a-t-il précisé. Un pic avait été atteint le 9 avril avec près de 7 200 patients.

Concerts de casseroles, manifs en ligne, chants et pancartes aux balcons : les syndicats, sortis déçus d’une réunion par visioconférence avec Edouard Philippe sur les modalités du déconfinement, célèbrent la journée internationale des travailleurs sur les réseaux sociaux et depuis les balcons.

Jeudi, le gouvernement a placé 35 départements en « rouge », dont l’ensemble de l’Ile-de-France et le quart nord-est du pays, selon une carte provisoire correspondant à la circulation du coronavirus et aux tensions sur les capacités en réanimation. Les départements métropolitains doivent être départagés le 7 mai entre « rouge » et « vert ». Dans ces derniers, une moindre présence du virus permettra d’organiser un déconfinement plus large.

Le prix des masques chirurgicaux qui seront vendus dans les commerces dans le cadre du déconfinement sera plafonné à 95 centimes d’euro l’unité, mais il n’y aura pas de plafond pour les masques textile, a annoncé ce vendredi la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, Agnès Pannier-Runacher.

Le déficit espagnol explose

L’Espagne a enregistré 281 morts du Covid-19 pendant les dernières 24 heures, portant le bilan total à 24 824 morts, mais confirmant le ralentissement de la pandémie, selon les chiffres publiés vendredi par le ministère de la Santé. L’Espagne, quatrième pays le plus endeuillé au monde après les Etats-Unis, l’Italie et la Grande-Bretagne, a recensé 215 216 cas confirmés.

Signe de la baisse de la tension sanitaire, Madrid a procédé ce vendredi à la fermeture de l’immense hôpital de campagne installé fin mars dans les pavillons d’exposition de la foire commerciale. Les installations seront conservées pour pouvoir faire face à une éventuelle nouvelle vague de contagion.

En outre, le gouvernement espagnol a annoncé vendredi prévoir une explosion de son déficit budgétaire à 10,34% du PIB en 2020, contre 2,8% en 2019 en raison de la hausse des dépenses publiques face à la pandémie.

Il s’agira du « plus grand déficit depuis 2012 », a précisé la ministre du Budget Maria Jesus Montero, soulignant que le gouvernement serait confronté à une importante chute de ses revenus en 2020, conjuguée à une hausse de ses dépenses.

Au Royaume-Uni, des enquêtes dénoncent des inégalités face au Covid-19

Le nouveau coronavirus tue deux fois plus dans les quartiers défavorisés d’Angleterre et les minorités ethniques meurent davantage que les blancs de la pandémie, révèlent deux études distinctes parues ce vendredi.

Etudiant les plus de 20 000 décès liés à la maladie Covid-19 survenus entre le 1er mars et le 17 avril en Angleterre et au Pays de Galles, le Bureau national des statistiques a constaté que le taux de mortalité dans les zones les plus défavorisées était de 55,1 décès pour 100 000 habitants. A titre de comparaison, ce taux était de 25,3 décès pour 100 000 dans les zones les moins défavorisées.

« Les taux de mortalité sont en temps normal plus élevés dans les zones les plus défavorisées, mais le Covid-19 semble accentuer cela encore davantage », a commenté un membre de l’équipe de recherche.

Une autre étude, menée cette fois par l’Institute of Fiscal Studies, indique que le nombre de décès dans la population noire et issue de minorités est bien plus élevé que parmi les blancs, en partie parce qu’ils occupent des métiers plus exposés au virus. « Notre analyse indique que 63% des travailleurs dans le domaine de la santé morts du coronavirus étaient noirs ou issus de minorités ethnique  », a souligné Tim Cook, professeur d’anesthésie honoraire à l’université de Bristol.

Arrestations à Istanbul

En Turquie, la police a arrêté vendredi plusieurs responsables syndicaux qui défilaient à Istanbul pour marquer la fête du Travail en dépit d’une interdiction de sortir visant à lutter contre la pandémie de coronavirus. D’après notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer, une quinzaine de personnes ont été interpellées. Pandémie oblige, les manifestants défilaient avec un masque sur le visage, mais sans respecter les règles de distanciation sociale.

Les autorités turques ont pris une mesure de confinement total de trois jours à compter de ce vendredi dans les 30 provinces les plus peuplées de Turquie, dont Istanbul, afin de limiter le risque de propagation du nouveau coronavirus. Au total, la Turquie a enregistré plus de 120 000 cas et 3 100 décès liés à la pandémie.

En Russie, le Premier ministre Mikhaïl Michoustine a annoncé qu’il était contaminé par le Covid-19 et se mettait en isolement. Son adjoint, le vice-Premier ministre Andreï Belooussov, devient Premier ministre par intérim. La Russie a dépassé les 100 000 cas et les 1 000 morts.

Donald Trump accuse de nouveau la Chine

Le président américain Donald Trump a déclaré avoir « vu » des éléments lui permettant de penser que le nouveau coronavirus proviendrait d’un laboratoire chinois à Wuhan. « C’est quelque chose qui aurait pu être contenu à l’endroit d’origine et je pense que ça aurait pu être contenu très facilement », a-t-il déclaré.

Donald Trump a ajouté qu’il pourrait en conséquence imposer à la Chine « des taxes douanières » punitives. Mais dans le même temps, les services de renseignement américains ont annoncé être parvenus à la conclusion que « le virus du Covid-19 n’a pas été créé par l’Homme ou modifié génétiquement », démentant des rumeurs qui circulent largement aux Etats-Unis.

Les États-Unis sont de loin le pays le plus touché, avec plus d’un million de cas recensés et près de 63 000 décès.

En outre, l’Organisation mondiale de la santé, très critiquée notamment par les Américains, a appelé vendredi Pékin à l’ « inviter » pour enquêter sur les origines du virus. « L’OMS souhaiterait travailler avec des partenaires internationaux et, à l’invitation du gouvernement chinois, participer à l’enquête sur les origines animales », a indiqué un porte-parole de l’organisation.

Confinement prolongé à Rio de Janeiro

L’Amérique latine s’apprête à assouplir les mesures de restrictions face à l’épidémie de coronavirus, mais la menace reste forte et les experts avertissent que baisser la garde pourrait s’avérer « désastreux ».

Deux mois après l’apparition d’un premier cas à Sao Paulo, la maladie a fait plus de 10 000 morts et infecté quelque 200 000 personnes dans cette région de plus d’un milliard d’habitants, encore loin des bilans aux États-Unis ou dans plusieurs pays européens.

Le Brésil arrive en tête pour le nombre de morts (5 901), suivi du Mexique (1 732 ), du Pérou (943), de l’Equateur (900), de la République dominicaine (301) et de la Colombie (278). Certains observateurs estiment que ces chiffres sont parfois largement sous-estimés, notamment dans le cas du Brésil.

Allant à l’encontre des positions du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui prône la poursuite des activités dans le pays, le gouverneur de l’Etat de Rio de Janeiro, Wilson Witzel, a prolongé le confinement jusqu’au 11 mai. Jusqu’à cette date, les écoles, universités, salles de spectacles et plages resteront fermées.

L’Etat de Rio, qui compte 17 millions d’habitants, déplore officiellement 854 morts et 9 453 cas, derrière celui de Sao Paulo, le pire foyer de contamination au Brésil. Mais les autorités locales reconnaissent elles-mêmes un recensement en-dessous de la réalité, dans un pays qui fait très peu de tests.

A Manaus, capitale de l’État d’Amazonie qui compte la plus grande population indigène, le système de santé public est au bord de l’effondrement. Plus de 95% des lits en réanimation sont occupés et la région présente le taux de létalité du Covid-19 le plus élevé. Selon les médias locaux, les pompes funèbres ont des réserves de cercueils pour deux semaines à peine.

Confinement prolongé en Inde et au Japon

L’Inde a prolongé vendredi le confinement de deux semaines supplémentaires après le 4 mai pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, tout en allégeant certaines restrictions. En raison « des progrès significatifs concernant la situation liée au Covid-19 », les zones où peu ou aucun cas ne sont recensés pourront bénéficier de « considérables assouplissements », indique le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Jusqu’à présent, les restrictions strictes semblent avoir permis de maintenir les cas de contamination au nouveau coronavirus à un niveau relativement bas dans le deuxième pays le plus peuplé au monde : l’Inde recensait vendredi 35 365 cas pour 1 152 morts.

Au Japon, le Premier ministre Abe a annoncé vendredi que le gouvernement allait se préparer à une extension d’environ un mois de l’état d’urgence qui devait prendre fin le 6 mai. Jusqu’ici nettement moins touché que l’Europe de l’Ouest ou les Etats-Unis, avec 14 300 cas et 432 décès enregistrés depuis le début de l’épidémie, le Japon a déclaré l’état d’urgence début avril afin d’éviter qu’une explosion des infections ne vienne rapidement submerger le système de santé.

Les Rohingyas bouc-émissaires du Covid-19

Selon notre correspondante à Kuala Lumpur, Gabrielle Maréchaux, des pétitions atteignant jusqu’à 250000 signatures ont circulé en Malaisie pour demander l’expulsion systématique de tous les Rohingyas vivants sur la péninsule. Plus de 150 000 Rohingyas y ont trouvé refuge, sans aucun statut légal.

Des associations d’aide aux Rohingyas ont signalé une montée des menaces de morts en ce temps d’épidémie où le Rohingyas fait figure de bouc émissaire. Pour rassurer sa population qui fantasmait une aide généreuse accordée à cette communauté, le gouvernement a assuré que dans les districts au degré de confinement le plus total, les migrants illégaux seraient emmené en centre de détention.

En Iran, une réouverture progressive ?

L’Iran a annoncé vendredi avoir officiellement recensé 63 nouveaux décès dus à la maladie Covid-19 au cours des dernières 24 heures, faisant aussi état d’une baisse des infections tout en appelant la population à rester vigilante. Ces derniers décès enregistrés portent le bilan total à 6 091 morts dans la République Islamique, pays le plus touché par la pandémie au Proche et Moyen-Orient.

Selon le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi, 116 des 434 comtés d’Iran ont reçu un feu vert des autorités qui pourrait mener à la réouverture des lieux de culte, des centres culturels ou encore des installations sportives.

RFI

Laisser un commentaire