Contribution à l’effort de guerre sanitaire : Combien gagne le Président IBK par mois ?

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, s’est adressé à ses compatriotes le 10 Avril 2020. L’un des temps forts de son discours a été l’annonce de renoncement de ses 3 mois de salaires, 2 mois pour le PM et un mois pour les membres du gouvernement, en guise de contribution à l’effort de guerre contre la pandémie du Coronavirus qui sévit ici et ailleurs.

En ne déterminant pas le montant exact de ce que lui-même, le chef du gouvernement et les ministres perçoivent par mois, le Président IBK relance la polémique autour de son salaire qui a défrayé la chronique il y a quelques années, entre opposition et majorité.

Mais au juste quel est le montant exact du salaire brut du Président IBK ? Les 3 mois de salaires auxquels il renonce pour contribuer à l’effort de guerre contre le Coronavirus ne sont-ils pas dérisoires par rapport à son fonds de souveraineté ? Ce sont là des questions que beaucoup de Maliens ne cessent de se poser.

En effet, revêtu du cachet « confidentiel », il n’est pas donné à tout le monde de connaître la rémunération mensuelle d’autrui à plus forte raison celui du Président de la République qui, en plus de son salaire, bénéficie d’une longue liste de primes et d’indemnités et gère à sa guise la fameuse « caisse noire ».

Voilà pourquoi, à l’annonce, certains Maliens ont pris des calculettes. Cependant, il n’en fallait pas autant car il ne faut pas confondre le salaire brut du salaire net. En effet, le Président de la République bénéficie, en plus de sa rémunération de premier fonctionnaire du Mali, de primes et autres avantages accordés à sa fonction, à celle de Premier ministre et de membres du gouvernement.

Les chiffres qui circulent, ça et là, disent que le salaire brut du Président malien serait de 4 millions de franc CFA. Ce montant n’a rien à voir avec les nombreuses primes et indemnités (logement, signature, responsabilité, consommation eau/électricité et téléphone) estimés à plusieurs millions FCFA par mois dont il bénéficie. Cette manne financière est également distincte de la fameuse caisse noire ou fonds de souveraineté.

En 2014, pour le compte de la Présidence de la République, le budget national a alloué 100 millions de FCFA au titre des subventions aux organismes publics. La dotation était destinée à la prise en charge de certaines dépenses de souveraineté.

Les autres dépenses étaient estimées à 1 073 520 000 FCFA. L’inscription budgétaire est destinée à la prise en charge de certaines dépenses sociales non prévues par les fonds spéciaux.

Toujours, en 2014, indique notre source, le Premier ministre aurait une rémunération mensuelle de 1 197 250 FCFA dont 497 250 FCFA comme salaire de base et une indemnité forfaitaire de représentation de 700 000 FCFA.

Aussi, bénéficie-t-il, d’autres indemnités, dont celle dite de souveraineté qui est de 25 millions par mois.

« Le fonds de souveraineté ou caisse noire est affectée au Premier ministre pour certaines dépenses sociales ou spécifiques liées à son cadre de travail », explique un spécialiste du budget d’Etat qui a requis l’anonymat.

Selon la même source, les ministres et assimilés, en plus de la gratuité du logement (électricité, eau et téléphone compris), ont un salaire de base de 351 000 FCFA majoré d’une indemnité forfaitaire de représentation et de domesticité de 350 000 FCFA ainsi qu’une indemnité d’entretien fixé à 250 000 FCFA, soit un total de 951 000 FCFA.

Par ailleurs, certains ministres disposent d’une « caisse spéciale » dont le montant varie en fonction des ministères.

Il faut souligner qu’à leur départ, les ministres et assimilés bénéficient d’une indemnité de départ ou de sortie dont le montant équivaut à 3 mois de salaire de ministres, soit 2 853 000 de FCFA.

De 2014 à 2020, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et les montants des allocations, des primes et indemnités, ainsi que la caisse noire du Président, du Premier ministre et des ministres ne cesse d’aller crescendo.

A en croire le tonitruant honorable Mamadou Hawa Gassama, farouche opposant au régime de IBK : « La caisse noire du Chef de l’Etat est passée de 600 millions FCFA par an sous Alpha Oumar Konaré à 15 milliards FCFA sous IBK ».

Le député Bakary Koné du parti au pouvoir RPM a vite fait d’apporter un démenti on donnant les détails suivants : « le budget de la caisse noire du Président de la République n’est pas voté à l’Assemblée nationale. Le budget 2018 de Koulouba s’élève à 12.229.913.000 FCFA tandis que celui de 2012, sous ATT, était de 13.163.607.000 FCFA » ; et de préciser que la caisse noire « est comprise dans ledit budget ».

 En tout état de cause, les trois mois de salaire brut (12 millions FCFA) ne représentent qu’un verre d’eau dans un océan par rapport à la caisse noire estimée à des milliards de FCFA, au moment où des opérateurs privés ont contribué à hauteur de 100 millions de FCFA dans le fonds spécial de lutte contre la pandémie du Coronavirus qui continue de faire des ravages humains au Mali et à travers le monde.

D’ailleurs, cette modique contribution du 1er citoyen qu’est le Président de la République, entièrement pris en charge par l’Etat, devant donner le meilleur exemple, à l’instar de ses homologues de la sous-région, a créé le scepticisme chez certains Maliens à contribuer à l’effort de guerre sanitaire.

Sékou CAMARA

 

Source: Bamakonews

Laisser un commentaire