Commissariat de police de 6eme arrondissement : Deux braqueurs à main armée, Diakaridja Diarra et Mamadou Tangara arrêtés en possession d’un pistolet et d’arme à feu

lsd

Le dimanche 28 octobre 2018, le commissariat de police de 6ème arrondissement a mis la main sur deux redoutables braqueurs auteurs de plusieurs attaques à main armée. Il s’agit de Diakaridja Diarra et Mamadou Tangara, trouvés en possession d’un pistolet et deux cartouches au moment de leur interpellation.

 

Selon des sources policières, les éléments de la Brigade de Recherches du commissariat de police du 6ème arrondissement ont arrêté, lors d’une patrouille de routine, deux braqueurs : Diakaridja Diarra et Mamadou Tangara qui opéraient dans le quartier de Babouyabougou. Les deux malfrats détenaient, selon les mêmes sources policières, une arme à feu de fabrication artisanale améliorée et deux cartouches.

Suite à une alerte relative au braquage d’un motocycliste, l’équipe du commissariat de police du 6ème arrondissement a fait preuve de diligence et d’efficacité en se rendant très rapidement sur les lieux. Selon nos infos, l’équipe a alors croisé les deux individus au quartier Babouyabougou. Comme ils savent bien le faire, les agents ont mis leur flair et leur compétence en jeu pour arrêter sur place le nommé Mamadou Tangara, trouvé en possession d’un pistolet automatique avec un chargeur garni d’une cartouche. A travers ce dernier, les éléments de la Brigade de recherche ont mis fin à la brève cabale  de son camarade, Mamadou Tounkara.

Interrogés, les deux malfrats, aux dires de nos sources policières, ont avoué être des brigands et ont volé deux motos.

Le hic dans cette affaire, c’est que le nommé Mamadou Tounkara affirme qu’il a emprunté l’arme qu’il détient et sa munition d’un autre délinquant dénommé Mamadou dit Roger, habitant à Bagadji, à ses dires.

Les limiers du 6è arrondissement, qui ne lâchent rien du tout, sont en train de poursuivre les enquêtes afin de remonter vers d’éventuels complicités, notamment en ce qui concerne la provenance de l’arme à feu actuellement mise sous scellé.

Boureima Guindo

SourceLe Pays

Laisser un commentaire