CFR : “oui à la stabilité des institutions républicaines”

Le jeudi 18 juin 2020 s’est tenu le lancement de La plateforme convergence des forces républicaines au Mémorial Modibo Keïta. Le coordinateur de la Plateforme, Cheick Oumar Gadjiko a profité pour faire une déclaration relative au meeting du M5 prévu aujourd’hui.

 La Convergence des forces républicaines prend acte de l’autorisation accordée par le gouverneur du district de Bamako, pour l’organisation du meeting du M5 prévu le vendredi 19 juin 2020 au Monument de l’Indépendance.

La Convergence des forces républicaines (CFR) félicite le gouvernement pour son esprit républicain et le respect des droits et libertés des citoyens.

Cependant, ayant en mémoire les excès et violences survenus lors de la manifestation précédente le 5 juin 2020, la CFR attire l’attention des organisateurs sur leurs responsabilités afin d’écarter tout débordement préjudiciable à la quiétude des paisibles citoyens et à la préservation de leurs bien.

La CFR dénonce surtout la tentative criminelle de certains manifestants de se diriger vers le domicile du chef de l’Etat, tentative ayant occasionné des casses, des blessures obligeant les forces de l’ordre à faire usage de gaz l’ lacrymogène.

Nous lançons un appel aux organiseurs du meeting du 19 juin et particulièrement à l’imam Mahmoud Dicko pour que cette manifestation demeure dans le respect stricte d’un évènement pacifique comme stipulé dans la demande d’autorisation de manifester adressée aux autorités compétentes , déclare Cheick Oumar Gadjiko.

La CFR se félicite du dénouement heureux de la crise scolaire suite aux instructions du président lors de son adresse aux forces de la nation, la CFR invite le M5 à inscrire ses actions dans le respect des lois de la République. Par contre, la plateforme regrette le refus du M5 de répondre favorablement à l’invitation du président, tout acte contraire à nos valeurs sociales.

Amadou Koïta, ancien ministre membre de la plateforme CFR déclare à son tour que dans ce pays il y a des hommes et des femmes qui se sont donnés la main pour protéger les institutions de la République. Pour le Mali aucun sacrifice n’est et ne sera de trop. L’article 22 de la constitution malienne stipule que, la défense de la patrie est un devoir pour tous”, va-t-il ajouté.

Zeïnabou Fofana

Source : Mali Tribune

Laisser un commentaire