Le « Byblos » de Sévaré ferme ses portes après l’attaque

Trois ans après l’attaque terroriste meurtrière qui l’a frappée, le « Byblos » de Sévaré ressemble aujourd’hui à un champ de ruine. L’établissement hôtelier qui a dû fermer ses portes après les évènements d’août 2015, s’est transformé en un site fantôme, dont le décor n’a rien à voir avec les années où l’hôtel était très prisé par les touristes. Retour sur les lieux trois ans après l’attaque sanglante qui a fait 13 morts et des blessés.

Les impacts de balles encore visibles sur les murs témoignent de la violence de l’attaque. Le désormais ex Byblos de Sévaré est une maison abandonnée sous les bois. Les portes de la cour sont fermées, alors que celles des chambres et les fenêtres ont été enlevées. Un décor plutôt désespérant pour cet établissement hôtelier jadis très fréquenté par de nombreux touristes et d’autres personnes de passage dans la localité.

Cet habitant de Sévaré se souvient encore des mouvements incessants de véhicules devant l’hôtel. Avec des emplois perdus et l’arrêt d’autres petites activités autour de l’hôtel, la fermeture du Byblos de Sévaré a fortement impacté l’économie locale, regrette cet habitant.

Nous sommes en août 2015, l’hôtel Byblos de Sévaré est frappé par une violente attaque terroriste. Le bilan est lourd : 13 morts, dont 4 militaires maliens et 5 employés de l’hôtel.

Situé pourtant à quelques mètres d’un camp militaire de l’armée malienne et de la base de la Minusma, le Byblos de Sévaré était considéré comme un établissement « sécurisé ». Mais l’attaque de ce mois d’août 2015 a suscité plusieurs interrogations.

Trois ans après cette attaque terroriste, l’insécurité s’est plus accentuée au Centre du Mali. Cela malgré la présence des forces étrangères. Toutefois, dans la mise en œuvre de son nouveau mandat, la Minusma affirme avoir déployé une unité de terrain et d’action rapide pour sécuriser les populations. Elle va également élargir ces opérations au Centre du Mali. L’autorisation lui a été donnée dans la nouvelle résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU votée la semaine dernière selon son secrétaire général.
Mahamat Saleh Annadif Secrétaire général de la Minusma

 

Source: studiotamani

Laisser un commentaire