Billet : la Cour constitutionnelle du Mali es una mierda

En se substituant au Peuple Souverain, la Cour constitutionnelle a jeté les bases d’un rejet fondamental et irrémédiable du régime en place.

Force est de constater qu’au Mali, la Cour constitutionnelle n’est plus un organe juridictionnel, mais une institution de bas étage à la solde du régime en place. La Cour constitutionnelle, comme l’ensemble des institutions de la République, ne peut pas se substituer au Peuple Souverain. Elle doit dire le droit et rien que le droit. Elle n’a pas le droit ni le pouvoir de manipuler les chiffres pour déclarer élu quelqu’un qui a été battu dans les urnes. En le faisant, elle s’immole elle-même dans le déni du droit et elle prépare le lit de la décomposition politique et sociale du système qu’elle prétend servir. Elle érode la légitimité de tous ses actes comme celle de tous les organes qui bénéficient de son déni de droit. Elle se range dans le camp des maîtres du jour au lieu d’être le garant de la régularité du fonctionnement des Institutions. Elle prépare ainsi les conditions de sa propre dissolution, de son dépérissement irrémédiable.
De fait, la Cour constitutionnelle a disséminé les conditions d’une révolte populaire, car elle vient de démontrer magistralement, sans le savoir, que le processus électoral est une mascarade et que ce n’est pas la voie appropriée pour changer le cours des choses au Mali.

Ousmane Mohamed
Source : Le Poing

Laisser un commentaire