Bilan de l’attentat de Gao : 34 combattants manquaient à l’appel le week-end

Selon Ayouba Moussilim, chef d’état-major la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (CMFPR I), 34 autres combattants manquaient à l’appel ce week-end. Combien de victimes a causé l’attentat et combien de terroristes étaient dans le véhicule ? Le gouvernement évoque cinq kamikazes et annonce un bilan officiel de 77 morts et 115 blessés. Mais des rescapés opposent un démenti catégorique : il n’y aurait eu qu’un kamikaze et le bilan de l’attentat revendiqué par le groupe de Mokhtar Belmokhtar serait supérieur à celui avancé par les autorités.

“J’ai activement participé à la levée des corps et nous avons ramassé des restes humains à plusieurs mètres des lieux que nous avons mis dans seize sacs”, affirme un jeune patrouilleur. Vendredi dernier, 52 corps ont pu être enterrés. Selon un témoin présent ce jour-là, une revue des troupes a permis de confirmer la mort de 87 personnes.

Après de l’attentat de Gao : Péril sur le Moc

Enfin, quelle incidence aura l’attentat sur le Moc ? Le président Ibrahim Boubacar Kéita s’est montré attaché au démarrage des patrouilles mixtes qui doivent marquer le début du redéploiement de l’armée sur l’ensemble du territoire. Mais il faudra d’abord remplacer les combattants décédés, réhabiliter le camp et faire régner un climat de confiance entre les groupes. “Nous craignons aussi que les jeunes [qui constituent la plus grande partie des effectifs du Moc, Ndlr] n’aient peur de réintégrer les rangs. Certains ont rejoint leur famille pour le moment”, s’inquiète le responsable d’un groupe armé.

 

—————————————————————

 

PRISE D’OTAGE : Sultan Ould Bady négocie la libération de  l’humanitaire franco-suisse

Selon des sources sécuritaires algériennes relayées par le journal français Figaro, Sophie Pétronin, l’humanitaire franco-suisse enlevée la veille de Noël à Gao, a été la cible d’un groupe armé d’Arabes du Nord du Mali. “Il s’agit de malfaiteurs comme il y en a plein dans cette région du Sahel, poursuit notre interlocuteur. Si jusqu’à maintenant, il n’y a pas eu de revendication, c’est d’une part parce qu’al-Mourabitoune menait des négociations pour récupérer l’otage et d’autre part parce que des membres de la tribu arabe des Amhar essayaient d’empêcher le transfert”.

Al-Mourabitoune, fondé et dirigé par Mokhtar Belmokhtar, est affilié à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Mais Mokhtar Belmokhtar, que les services de renseignements de la région pensent cacher dans le Sud de la Libye, ne pouvant pas téléguider une telle opération, les discussions seraient menées par Sultan Ould Bady.

Ce Malien, lui aussi de la tribu des Amhar, est un des fondateurs du Mouvement pour l’unicité du jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) avec Abou Walid al-Sahraoui. Les deux hommes ont ensuite rejoint Aqmi avant qu’Abou Walid al-Sahraoui fasse dissidence et rejoigne le groupe Etat islamique (EI).

L’Indicateur du Renouveau

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.