Bilan catastrophique de la justice malienne : 2018, année de l’impunité au Mali

réclusion criminelle

Le rapport du vérificateur général ainsi que celui du PARENA sur l’état de la justice au Mali en 2018 sont plus qu’alarmants. Ils font juste état d’une impunité exponentielle au Mali encouragée par les institutions judiciaires chargées en principe d’adoucir les cœurs meurtris. Partant des faits rapportés par ces rapports, nous pouvons dire que 2018 a été l’année de l’impunité au Mali.

 

S’il demeure authentique et irréfutable qu’aucun pays ne se construit sur le mensonge, force est de reconnaître que la construction du Mali, voire sa réconciliation suscite énormément de questions dans la mesure où la justice peine à accomplir sa tâche de garante des libertés. Le bilan 2018 de la justice au Mali contient d’énormes catastrophes, tant financières qu’humaines. Parlant du fameux rapport du vérificateur Général dont Amadou Touré, vérificateur général,  a présenté au président IBK en date du mercredi 11 octobre 2017, le vérificateur révèle des irrégularités financières s’élevant à 70,10 milliards F CFA, dont 32,67 milliards de F CFA au titre de la fraude et 37,43 milliards de F CFA relatifs à la mauvaise gestion. Ces chiffres ne concernent que  les 16 vérifications financières que le bureau du vérificateur a pu effectuer auprès des 23 structures.

Pour ce qui concerne les importations des produits pétroliers en provenance du Sénégal, des manquements relatifs à la non-production de rapports fiables sur les statistiques pétrolières, à l’exercice irrégulier de la profession de commissionnaire douanier ainsi qu’à des défaillances et au manque d’application de sanctions  prévues pour les cas de délits douaniers ont compromis un montant de 22,70 milliards de F CFA. À retenir aussi que selon le vérificateur, les mauvais agissements de l’État ont suscité une perte financière s’élevant à 58,7 milliards entre 2012, 2013 et 2014.

Parlant du même rapport, le vérificateur a également mis l’accent sur des irrégularités relatives à la délivrance des titres et de la collecte des recettes minières qui ont occasionné une perte financière de 1,61 milliard de F CFA. À ces constats s’ajoutent des manquements qui ont entrainé une perte financière qui s’est chiffrée à 159,29 millions de FCFA au détriment d’une société d’assistance aéroportuaire du Mali.

Par rapport à ces révélations de taille rapportées dans le rapport du bureau du vérificateur général, satisfaction est loin d’être obtenue par le peuple de la part de la justice malienne. Car, aucune condamnation publique des cadres responsables  de ces détournements n’a pu être faite en 2018. Pire, les atrocités de 2018 s’en sont ajoutées. Chose qui prouve à suffisance que le bilan de la justice malienne est une catastrophe dans la mesure où les auteurs de tels actes sont restés impunis et continuent à exercer leurs fonctions administratives au compte de l’État.

Partant du bilan des meurtres enregistrés, il est fort regrettable de constater que la justice malienne n’a pu mener des enquêtes pour  juger et condamner les auteurs et complices de l’attaque contre le campement de Kangaba (lieu de divertissement à Bamako) où 4 civils et 1 soldat ont péri. Le bilan reste catastrophique parce que la justice a failli par l’absence du jugement courant 2018 contre les auteurs des conflits inter communautaires de Diabaly et de Koro en date du 24 mars 2017 et 16 juin 2017 qui ont enregistré la mort de 48 citoyens et plus de 20 blessés. Il revenait à la justice de chercher à connaitre les auteurs d’assassinat des maires de Boni et de Mondoro ainsi que les individus qui ont froidement assassiné le 15 mai 2018 la fillette albinos Ramata Diarra sans oublier le cas des journalistes Birama Touré et les deux Français tués au nord du Mali, mais pratiquement même si des investigations judiciaires ont été entamées, elles sont restées lettre morte.

Au total, plus de 2108 personnes ont trouvé la mort  entre 2013 et 2017 au Mali selon le rapport publié par le PARENA de Tiébilé Dramé sans que le peuple obtienne des enquêtes grandioses de la part des juges compétents en la matière pour donner leçon aux autres bandits armés comme ça se fait dans les autres pays. Comment comprendre le silence de la justice malienne sur le dossier des campagnes battues par le président IBK et ses différents ministres pour sa réélection à l’aide des ressources de l’État ? L’affaire du jugement d’Amadou Aya Sanogo est restée non jugeable en 2018. En 2018, le monde entier a été témoin de la prorogation anticonstitutionnelle du mandat des députés qui a été validée par l’institution en charge (cour constitutionnelle) et votée par les députés de l’Assemblée nationale avant la prise en compte du document par l’acte de validation présidentielle.

La période de la grève des magistrats a permis au peuple de connaitre le silence et la complicité notoire des juges sur les dossiers de certains cadres. Comme l’approuve la déclaration syndicale des magistrats grévistes ayant fait l’état d’importants détournements financiers au sein du département du ministre, Samba Sow. À ce rythme, on ne peut que souhaiter du repos éternel à la justice qui n’a su que décevoir les citoyens en 2018.

Mamadou Diarra 

SourceLe Pays

Laisser un commentaire