Bamako : le film de l’attaque de la Pharmacie Mariam Hady Belco provoquant la mort du Dr Kodio !

Sous une pluie fine dans la nuit du 16 au 17 Juillet 2020 vers 02 heures du matin, la quiétude des habitants de Kalaban Coura ACI est perturbée par des retentissements d’une dizaine de coups de feu. Le lendemain, tous sont stupéfaits de constater l’attaque de la Pharmacie Mariam Hady Belco, située à quelques mètres de l’Ecole privée Saint Joseph.

Tôt le matin, les témoignages recueillis sur place relayent que la nuit dernière, environ six hommes cagoulés lourdement armés ont assailli la Pharmacie Mariam Hady Belco. Après avoir  ligoté le vigile, certains font le guet pendant que d’autres ouvrent des rafales de balles sur la caméra de surveillance fixée au-dessus de la porte d’entrée avant de s’infiltrer à l’intérieur.

Sur place, ils oublient cette fois-ci de neutraliser la deuxième caméra fixée au mur, laquelle filme toute la scène. En effet, Docteur Abdramane Kodio, qui était de garde cette nuit, est immédiatement braqué et sommé de garder le silence. Craignant pour sa vie, celui-ci obtempère sans mot dire. Séance tenante, les malfrats vident le comptoir, détroussent le Pharmacien de ses biens, à savoir : deux téléphones portables et une somme d’argent très importante avant de lui tirer dans les jambes.

Entre temps, leurs complices faisant le guet au dehors, se mettent également à tirer sur des riverains qui ont coïncidé malencontreusement avec l’attaque. Ainsi, certains reçoivent des balles à leur tour. Après leur forfait, les malfrats prennent la poudre d’escampette abandonnant le Pharmacien baignant dans son sang. Ce n’est que trente minutes plus tard, que les voisins se dénichent pour lui porter secours et le conduire aux urgences. Malgré les soins intensifs, Dr Kodio ayant perdu beaucoup de sang, succombe à ses blessures.

Aux prises de la nouvelle, le quartier est plongé dans une profonde amertume. Des sources nous rapportent que la même nuit, deux autres Pharmacies se trouvant aux alentours sont aussi attaquées et pillées par le même gang. Certains rapportent que ces assaillants étaient trop habiles pour être de simples braqueurs de bas étage. Il s’agirait plutôt de l’acte d’un groupe de militaires ou paramilitaires radiés ou encore en service. Le Commissariat de Police du 11èmeArrondissement ayant constaté les faits, a ouvert une enquête pour mettre le grappin sur les coupables. En attendant, les habitants de Kalaban Coura ACI, maintes fois victimes de cambriolages, braquages, meurtres,… demandent plus de patrouilles dans leur quartier afin que puisse être mis hors d’état de nuire tout individu malintentionné.

Moussa Camara

Afrikinfos-Mali

Laisser un commentaire