Arabie saoudite : pour avoir parlé de son viol commandité par 7 hommes, elle est condamnée à 200 coups de fouet.

Elle est punie pour avoir parlé de son viol collectif.

On se pose la question de savoir en réalité ou va ce monde ? Car c’est une intérogation qu’on se pose après avoir lu cette histoire d’une Saoudienne âgée de 19 ans qui a été condamnée à 6 mois de prison et 200 coups de fouet. Son crime ? Avoir été violée par un groupe d’hommes et l’avoir raconté dans les médias. Un acte indécent pour le pays.

Enlevée par deux agresseurs alors qu’elle se trouvait dans la voiture d’un ami, la jeune femme a ensuite été violée par sept hommes. La victime aurait alors évoqué devant les médias son agression, mais seule. Une bavure selon la loi saoudienne. Cette dernière exige en effet que toutes les femmes soient accompagnées d’un responsable issu de leur famille lors de toute intervention en public. Initialement fixée à 90 coups de fouet, la sentence de la victime a été revue à la hausse pour avoir enfreint cette loi. L’avocat de la jeune femme, Abdul Rahman al-Lahem, a fait appel de cette décision. Mais en vain. Sa cliente a été reconnue coupable d’indécence devant les médias et sa licence lui aurait même été confisquée.

Dans un communiqué, le ministre de la justice saoudienne a alors expliqué que son ministère était « ouvert à la critique constructive, mais loin des émotions ». Selon la législation saoudienne, les femmes en public doivent à tout moment être accompagnées par un membre masculin de la famille. L’Arabie saoudite a défendu la décision controversée de punir la victime, expliquant qu’elle était en faute pour être sortie en public sans la supervision d’un membre mâle de sa famille. Les sept violeurs ont quant à eux été condamnés à 5 ans de prison.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.