Annulation du pèlerinage 2020 : Le DG de la maison du Hadj, Abdoul Fatah Cissé, explique les raisons

Le grand pèlerinage à la Mecque prévu, du 28 juillet au 2 août, se déroulera dans  le strict respect des mesures barrières, et  les pèlerins de  nationalité Saoudienne et les  résidents du royaume sont autorisés à l’effectuer. Face à cette situation, la Maison du Hadj donne des assurances aux pèlerins Maliens déjà inscrits.

Le directeur général de la maison du Hadj qui nous avons rencontré explique  que l’Arabie saoudite craignant pour  la propagation de la pandémie de Covid-19 et  pour la  santé des musulmans a décidé de surseoir au Hadj 2020.

Pour Dr Abdoul Fatah Cissé,  le pèlerinage est maintenu, mais contrairement aux années précédentes, il est réservé cette année à un nombre limité de Saoudiens et de résidents du royaume  qui, selon lui, sont autorisés à l’effectuer. Cette mesure des autorités saoudiennes, a-t-il poursuivi,  s’explique par la réduction du nombre  d’accès à la Mecque.  « Nos frères saoudiens nous ont indiqué que les musulmans en provenance de l’étranger n’auront pas de visa pour accomplir leur pèlerinage. Ils veulent limiter la propagation de la pandémie de la COVID-19 conformément aux principes de l’Islam », ajoute le DG  de la Maison du Hadj du Mali

Dans un communiqué publié le 22 juin, le ministère  Saoudien chargé du pèlerinage justifiait cette décision  en indiquant qu’elle est prise pour garantir que le hadj ait lieu de manière sûre du point de vue de la santé publique. Cela, en observant toutes les mesures préventives et les protocoles de distanciation sociale nécessaires face aux risques associés à cette pandémie, et conformément aux enseignements de l’islam relatifs à la préservation de la vie humaine. Il ajoutait que «  le nombre de pèlerins sera d’environ un millier, un peu moins, un peu plus… Le nombre n’atteindra pas les 10.000 ou les 100.000. »

En réponse, le Maison du Hadj a convié les acteurs du pèlerinage du secteur privé   pour faire le point de la situation qui prévaut et qui est indépendant de la volonté des autorités  maliennes. «   Nous avons décidé avec les acteurs du secteur privé de maintenir les dispositions d’organisation du pèlerinage. L’objectif est d’anticiper le prochain hadj », informe Abdoul Fatah Cissé, qui ajoute qu’une campagne de sensibilisation sera entamée à l’intention des pèlerins déjà inscrits.  «  Nous voulons leur rassurer  qu’ils seront prioritaires pour le prochain pèlerinage dès que la situation sanitaire du monde s’améliore. Aussi, ceux qui sont déjà inscrits peuvent entrer en possession de leur argent s’ils le désirent », a-t-il annoncé.

Pour ce pèlerinage 2020 qui vient d’être annulé pour les étrangers pour des raisons sanitaires, le Mali a un quota de 13 323 pèlerins soit 1 500 pour la filière gouvernementale et 11 823 pour la filière privée. Jusqu’à l’apparition de la pandémie de la COVID-19, le taux d’inscription était à 20%.

Siaka DIAMOUTEN/Maliweb.net

Laisser un commentaire