Aïssata Cissé : Une passionnée de la radio s’est éteinte

Le timbre de sa voix radiophonique exceptionnelle était apprécié par les auditeurs qui s’aglutinaient à leurs postes radio et téléviseurs pour l’écouter

La doyenne des femmes journalistes de notre pays s’en est allée le mercredi 29 avril dernier. C’était à la stupéfaction de nombreux compatriotes. Car, Aïssata Cissé puisqu’il s’agit d’elle, était la voix nationale que presque toutes les générations ont entendue et certainement appréciée. En effet, la voix de Aïssata Cissé est la première voix féminine et malienne qui a résonné sur les ondes de Radio Soudan en 1957. Elle a continué à rendre le journal parlé de Radio Mali des premières heures de l’indépendance (1960), jusqu’à sa retraite en 2007. Pour la petite histoire, elle nous a raconté lors d’une interview en 2006 qu’elle a été recrutée par un haut responsable de l’US-RDA qui avait remarqué sa belle voix devant la Grande poste de Bamako où tous les matins elle venait acheter ses journaux. Elle a été conduite dans les locaux de la Radio Soudan qui était logé dans le bâtiment en face la Maison des artisans de Bamako. Puis, la Radio Mali fut transférée en 1960 à son emplacement actuel à Bozola.

« Ma passion pour la radio n’a jamais pris une ride de 1957 à nos jours », répétait-elle avec émotion.
Pendant ce temps, elle a eu l’occasion, à travers diverses formations et expériences, à tonifier cette belle voix et parfaire sa diction. C’est ainsi que la société des « Postes & Télécommunications » a décidé d’utiliser cette voix pour le répondeur national à partir des années 1970. Un célèbre ministre de l’Information, des Postes et Télécommunications lui donne le qualificatif de « Voix d’or ». Un sobriquet qu’elle aimait bien, seulement pour le plaisir, mais aussi par le fait que c’était la preuve que les autorités suivaient son journal. La radio nationale s’ouvre encore tous les matins avec cette voix d’or. Mieux, de nombreux opérateurs économiques et autres annonceurs tenaient à la voix de Aïssata Cissé pour habiller leurs spots publicitaires aussi bien à la radio qu’à la télévision.
Malgré la retraite, Aïssata Cissé animait encore avec Boncana Maïga, une émission coproduite par l’ORTM et l’agence « Mæstro Sound » jusqu’en 2010.

Ses qualités dans le domaine de l’audiovisuel, depuis Radio Soudan jusqu’à l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (ORTM) en passant par Radio Mali, se sont révélées au grand public. Aïssata Cissé, la doyenne de la presse malienne, s’est dédiée à la tâche. Son professionnalisme est reconnu en dehors des frontières du Mali.
La dame à la voix captivante, s’est spécialisée dans la séduction des auditeurs surtout quand elle présente le journal parlé à la radio nationale ou à la télé. Pour de nombreux fans des émissions de l’ORTM, Aïssata est unique dans sa présentation. « C’est surtout sa voix qui me poussait à écouter la radio même si j’avais pas envie », témoigne un auditeur de Radio Mali.

Après plus de 60 ans au service de la nation, Aïssata Cissé, selon les témoignages de ses anciens collaborateurs, a été un des piliers sinon la cheville ouvrière de Bozola. « Si ce n’est pas le travail, le courage, mais surtout l’ambition de vaincre, il est rare de rencontrer dans le milieu de la presse des femmes tenir pendant tout ce temps », concède un des anciens collaborateurs.
En 2007, lors de son départ à la retraite la salle de rédaction de la radio nationale fut baptisée : « Salle Aïssata Cissé ». C’était au cours d’une cérémonie pleine d’émotions où le directeur général de l’ORTM, à l’époque Sidiki N’Fa Konaté, a indiqué que « Aïssata Cissé est une véritable bibliothèque ambulante ».

Youssouf DOUMBIA

Source : L’ESSOR

Laisser un commentaire