Afrik’ actu* : Validation de l’avant-projet de Constitution par les députés : Quelle Côte d’Ivoire ?

En plébiscitant, par 239 contre 10 sur 249 suffrages exprimés, l’avant-projet de Constitution, l’Assemblée nationale ivoirienne a pris la lourde décision de faire dos à la Constitution en vigueur pour ouvrir la voie à l’avènement de la IIIème République. Reste que le projet de la nouvelle Loi Fondamentale au pays d’Houphouët Boigny, sera désormais soumis au vote souverain du peuple. Lequel aura toute la latitude de se prononcer pour ou contre au référendum du 30 octobre prochain.

Dans l’hypothèse de la victoire du Non, le pouvoir a d’ores et déjà indiqué qu’il tirerait les conséquences politiques. Mais, afin que cela soit possible, il faudrait que l’opposition ivoirienne, plus que jamais,  arrive à mobiliser davantage son électorat. Une tâche qui lui apparaît très difficile lorsque l’on  se réfère au paysage politique actuel de la Côte d’Ivoire.

En revanche, si c’est le Oui qui l’emporte, la IIIème République promet de grands changements institutionnels dans le pays.  Lesquels vont de la création d’une chambre de Sénat à la constitutionnalisation de l’éducation (qui devient obligatoire), l’égalité des sexes. Mais aussi, même  si  les conditions d’éligibilité pour la présidentielle sont assouplies et dépouillées de toute discrimination (comme ce fut  précédemment le cas),  le   fait très notable dans la nouvelle Loi Fondamentale est  incontestablement la création du  poste de Vice-président dont l’occupant devient de facto, le dauphin constitutionnel.

Ce qui rend la vie politique ivoirienne  très intéressante  lorsque,  pour la  période intérimaire (avant la prochaine présidentielle), il est permis à l’actuel Président, Ouattara d‘avoir  la coudée franche pour désigner son successeur. A telle enseigne que la conjoncture politique pose de grandes  interrogations  et promet dans quelques semaines des  surprises.

D’ores et déjà, l’ivoirien lambda est en train de spéculer sur le nom du successeur du Chef de l’Etat. Et les noms de deux figures politiques ivoiriennes de premier plan circulent : Bakayoko et Soro.

Le premier est considéré actuellement, après le Président de la République, comme l’homme fort de l’exécutif. Il occupe le fauteuil du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité intérieure. On estime qu’il est aujourd’hui très proche du numéro Un ivoirien. Toutefois, le Président de l’Assemblée nationale demeure  l’homme de confiance de Ouattara (si l’on se réfère aux récents propos de Soro). Depuis la chute de Gbagbo, les deux hommes  dirigent  en tandem la Côte d’Ivoire.

Il n’est donc pas exclu qu’il quitte le perchoir pour occuper le fauteuil de Vice-président ivoirien. Cette hypothèse semble plausible. Car cela permettra à Soro, en cas de démission de Ouattara,  de devenir, sans être élu, le Président constitutionnel de la Côte d’Ivoire.  Mais que sait-on, le Président Ouattara pourrait créer la surprise en nommant un cadre du PDCI-RDA.  Cela éviterait  au  RHDP (la coalition au pouvoir) de ne pas exploser avant la présidentielle de 2020.

Gaoussou M. Traoré

Source: Le Challenger

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.